Suivre LéaStansal

Pour recevoir une notification lors de la parution de nos derniers articles

Thanks for subscribing!

Translation

Archives

Articles avec le tag ‘aiguilles’

La bonne aiguille, comment la choisir ?

La bonne aiguille, comment la reconnaître ?

A l’évidence, c’est celle qui permet de traverser le tissu avec aisance et qui laisse passer avec fluidité le fil dans le chas.

Ainsi, si votre fil vrille, s’effiloche et s’abîme, n’incriminez pas sa résistance ou sa qualité !

Posez-vous simplement cette question : cette matière à broder vous plaît-elle ? Son aspect, sa matière ou sa couleur vous enchantent-elle et conviendraient-elle parfaitement à votre projet ? Alors changez simplement d’aiguille ! Choisissez-en une avec un chas plus large ou une autre encore plus grosse. Lorsque fil, le ruban ou la matière choisie glissent avec fluidité : c’est en tâtonnant que vous trouverez la bonne aiguille !

ASTUCE :

Laissez un reste de fil ou de matière à broder sur le chas pour la retrouver plus facilement.

La grande famille des aiguilles

Commençons par quelques points préliminaires importants :

Plus le numéro est petit plus l’aiguille est grosse. Le numéro 1 correspond au pieu qui est l’aiguille la plus grosse (voir plus loin) et les aiguilles n°20 sont les plus fines.

Je vous recommande d’acquérir les aiguilles en assortiment et de les laisser ainsi rangées dans votre range-aiguilles.

Pour la broderie d’embellissement, il y a six familles d’aiguilles indispensables à toujours avoir sous la main :

Les aiguilles à broder VOIR ICI

La bonne aiguille

L’aiguille à broder possède un chas long et étroit. Elle permet de broder le fil. L’enfilage est facile et la longueur du chas rend possible la pénétration de plusieurs brins à la fois dans une aiguille fine et souple. Plus l’aiguille est fine, moins elle demande d’efforts pour traverser facilement les tissus et les épaisseurs.

Découvrez la nouvelle présentation sur le thème du Petit Chaperon rouge vu par Léa Stansal

Les Aiguilles à embellissement à bout pointu PAR ICI ou à bout rond ICI

L’aiguille à embellissement est bien reconnaissable avec son chas long et large. Grâce à elle, nous pouvons tout broder (ou presque) !

Ce sont LES aiguilles conseillées pour la bonne pratique de la broderie d’embellissement.

La première chose, lorsque vous avez en main le ruban ou la matière, est de choisir l’aiguille appropriée puis la bonne taille. Celle-ci ne se choisit pas en regardant mais en essayant et surtout en TATONNANT.

La réponse est la même qu’en cas de difficulté dans la vie. Comment  ? Tout simplement en changeant de point de vue… Euh, je voulais dire en changeant de point. De point de broderie bien sûr  ! Point de Boulogne, point de Mirliton, point de couchure, point de Tournicoton… ICI LA GALERIE DES POINTS

A bout rond ou à bout pointu ?

Le bout rond est adapté aux tissages lâches, il s’insérera dans les écartements en effleurant les fibres et donc sans les abîmer. Le bout rond est également indispensable pour tous les points de mirliton puisqu’il faut aider l’aiguille à se promener entre et sous les points du premier passage. Nous éviterons ainsi de toucher la pointe de l’aiguille et de nous y blesser.

Les aiguilles à broder les perles PAR LA

la bonne aiguille pour broder

Vous trouverez dans le commerce de nombreuses propositions d’aiguilles à perles longues, très fines et très souples. Elles sont prévues pour poser les perles avec un fil qui se doit d’être pratiquement invisible. Ce qui n’est pas du tout le cas dans la broderie d’embellissement.

En effet, nous ne travaillons pas la perle posée mais « la perle brodée ». Aussi cherchons nous un fil coloré qui remplira bien le trou de la perle et se posera avec un point qui ne se cache pas. J’utilise pour cela des aiguilles courtes ou demi-long au chas rond.

Les Aiguilles longues ++ PAR LA

Elle porte bien son nom car c’est la plus longue. Choisissez l’aiguille la plus fine possible lorsque vous travaillez des fils fins et surtout lorsque vous devez traverser de nombreuses épaisseurs (tissus, molleton souple et rigide).

la bonne aiguille pour broder

Les pieux PAR ICI

la bonne aiguille pour broder

Ce sont les plus grosses des aiguilles à embellissement.

Oui, je sais que ce n’est pas gentil d’avoir surnommé ainsi cette infatigable et précieuse collaboratrice. Elle existe à bout rond et à bout pointu.

Il est notre recours pour toutes les difficultés car il accepte dans son giron généreux les matières les plus improbables, celles que nous affectionnons particulièrement dans la pratique de la broderie d’embellissement.

Une aiguille aussi énorme ne va-t-elle pas trouer et abîmer mon tissu ?

A quel tissu pensez-vous ? La peau, la si délicate peau humaine ? Une peau si résistante qu’elle se laisse traverser, veines comprises par des aiguilles creuses et qui, dans les quelques instants qui suivent… se referme définitivement sans laisser la moindre cicatrice !

Ce n’est pas par hasard que le même mot « tissu » est utilisé pour la peau et pour l’étoffe. Le tissu vivant se laisse traverser et se referme. Et il en est de même pour les étoffes. Pour preuve, connaissez-vous les techniques du boutis ? Les fils tissés d’un coton fin se laissent écarter pour y introduire cordonnet ou rembourrage. L’action terminée, ils vont se refermer d’une manière si parfaite que vous ne reconnaîtrez ni l’endroit ni l’envers de l’ouvrage. Convaincue  ?

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Zonzon

Aiguilles à protéger car pas de broderie sans aiguilles!

Aiguilles : Fines tiges d’acier trempé et poli, dont l’une des extrémités est pointue afin de traverser les matériaux à décorer ou à assembler, et l’autre, percée d’un trou, le chas, pour recevoir le fil.

Jusqu’au XIXème siècle, les aiguilles étaient un accessoire coûteux fabriqué par des ouvriers qualifiés, qui veillaient à ce qu’elles soient parfaitement lisses et pointues. Ainsi la couturière et la brodeuse avaient une petite pierre à aiguiser et un morceau de toile émeri pour les polir et pour enlever les éventuelles taches de rouille.

La brodeuse n’oubliait également jamais de graisser ses précieuses aiguilles en les passant dans sa chevelure avant de les conserver soigneusement dans de petits carnets faits main. Les aiguilles étaient piquées, puis glissées sur des petits carrés de flanelle. Ces pochettes recouvertes d’étoffe et/ou de fines broderies étaient un élément essentiel des trousses à couture d’autrefois.

Aujourd’hui, les aiguilles sont devenues un outil d’une précision parfaite. Il en existe une très grande variété de longueur et de diamètre. Comment les choisir ? Reportez-vous à notre article précédent ICI.

Conseil de Léa :

Choisissez des aiguilles de qualité : elles vous permettront de travailler plus confortablement. Elles glisseront plus aisément et leur pointe parfaite facilitera un travail plus fluide. N’hésitez pas à vous séparer des aiguilles tordues ou émoussées.

Il est donc nécessaire de les protéger et de ne pas les égarer ! Le range-aiguilles ou la cousette est l’accessoire idéal. Il vous permettra de transporter facilement vos aiguilles à broder lors de vos voyages et de toujours les avoir à portée de main en assortiments. Sans se piquer !

De plus, la réalisation d’une cousette est facile, à la portée de toutes et demande peu de matériel. Tuto pour réaliser une cousette PAR ICI.

De nombreux kits sont à votre disposition dans la boutique : ranges-aiguilles ICI et cousettes PAR LA.

C’est donc l’occasion de joindre l’utile à l’agréable et de laisser aller votre créativité.

Voici dévoilées deux pièces signées Léa Stansal.

Dans la première, elle s’est amusée à détourner une cousette y ajoutant un escargot VOIR ICI et du feuillage.

Aiguilles Léa Stansal

Dans la deuxième, des breloques « ciseaux »  VOIR PAR LA ne se sont pas posés là par hasard, sous les yeux surpris d’un raton-laveur !

Aiguilles Léa stansal

Qu’en pensez-vous ?

A votre tour d’imaginer et de broder.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.