Suivre LéaStansal

Pour recevoir une notification lors de la parution de nos derniers articles

Thanks for subscribing!

Translation

Archives

Archives d’un auteur

Vêtements à embellir soi-même

Vêtements à embellir : c’est l’atelier que nous proposons aujourd’hui.

Voici pour exemple deux vestes embellies par Léa Stansal.

Tout commence par l’apposition de différentes chutes de tissu sur un vêtement acheté dans le commerce ou aux puces.

Pour un plus grand confort, utilisez de la colle en bombe temporaire et repositionnable. Vaporisez sur les coupons et non sur la veste. Vous pourrez ainsi placer à votre aise les différents éléments. Et cela sans utiliser d’épingles !

A l’aide de branchages brodés au point d’épine ou d’arête, fixez les. Puis laissez parler votre créativité en ajoutant – ou pas – des feuilles, des fleurs ou des perles !

Si vous n’osez pas pas vous lancer dans un total look « broderie », pourquoi ne pas restez discrète en brodant uniquement le col ou les poches de votre vêtement ?

Si la qualité du tissu est trop fine, n’hésitez pas à le doubler de toile à beurre aux endroits où vous allez broder.

Brodons un col

Quelques points suffisent pour embellir un col. C’est à la portée de toute brodeuse. Les matières fantaisie brodées au point de tournicoton vous permettront d’obtenir rapidement un résultat unique et spectaculaire.

Vêtements à embellir col à broder

Un sachet réunissant ces différents matières vous attend ICI.

Les petites roses sont réalisées au point d’accordéon. Retrouvez toutes les explications PAR LA.

Brodons la poche d’un vêtement

Le principe est le même. Des perles sont ajoutées au point de tournicoton.

Pourquoi ne pas installer également une broche à embellir soi-même ?

Vêtements à embellir broche à réaliser

Nous vous proposons ICI un kit starter « Brodons une poche ». En plus des matières à broder, vous trouverez un personnage en métal. A vous de créer une jolie frimousse à celui-ci.

Vêtements à embellir patron

Pour la tête, réalisez un yoyo de 3 cm environ de diamètre.

Pas de souci pour le nettoyage, un lavage doux, même en machine, est possible. Mais attention : pas de fer chaud posé sur les broderies !

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Dahlia Pétale : un ruban large facile à broder

Dahlia pétale est un ruban à broder ainsi nommé car son toucher velouté et léger est semblable à celui d’un délicat pétale. Le travailler est si spectaculaire et si facile que cela en est presque déroutant ! Ce ruban est composé de la même matière (fort ressemblante au papier !) que le ruban Chiffon ICI, mais en plus large. Sous un aspect fragile, il est néanmoins solide et résistant. Il garde bien son volume tout en remplissant vite les surfaces.

Sous forme d’échevettes, il présente de légères variations d’épaisseur et de largeur. Il existe dans de nombreux coloris, tous résultats d’une teinture faite maison.

Découvrez sans tarder tous nos nouveaux coloris PAR ICI.

Voici quelques exemples de broderie :

En premier lieu, pourquoi pas broder les beaux dahlias jaunes. C’est une excellente façon de nous souvenir des couleurs chaudes de l’été ! VOIR ICI

Remarquez les pétales spectaculaires faites avec le ruban Dahlia Pétale au point de bouclette !

Conseil :

Utilisez une aiguille à embellissement à bout pointu avec un chas suffisamment large. Et cela afin de pouvoir enfiler ce ruban sans effort PAR LA.

Nous vous proposons également de broder des élégantes fleurs blanches avec ce même ruban.

Pour réaliser ce modèle, un kit contenant un tote bag prêt à broder vous attend ICI. Les fêtes de fin d’année approchant à grands pas, il est temps de penser à nos cadeaux de Noël.

Un coupon de tissu au motif de fleurs blanches est aussi PAR LA. Vous pourrez ainsi laisser parler votre créativité et réaliser un carnet brodé, un sac ou…

dahlia pétales pour broder des fleurs blanches

Pour faire ce bouquet, vous aurez besoin, bien sûr, de ruban Dahlia Pétales coloris blanc ICI. Mais également du lacet étroit PAR LA pour les tiges et les feuilles et d’une mèche de fils fins Laïna PAR ICI pour les pistils, nervures et autres. N’hésitez pas à jouer avec les différentes couleurs de fils contenus dans la mèche.

Et amusez-vous !

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Rouge comme la cape du Petit Chaperon rouge

Rouge : couleur primaire très utilisée dans le quotidien. Elle se décline de l’orange jusqu’au pourpre. Opposée au vert, elle forme l’un des contrastes qui orientent notre perception visuelle.

rouge cercle chromatique

Le rouge est le plus souvent associé à la passion amoureuse, au sang, à la puissance, ou bien encore, à la chaleur de la flamme.

L’analyse de Michel Pastoureau (extrait de son livre) :

Pour le Maître des couleurs, cette question paraît essentielle. Or bien peu de spécialistes se la sont posée.

Pourquoi choisir le rouge ?

On pourrait commencer par avancer quelques explications relevant d’une symbolique très ordinaire. Le rouge évoque le danger qui menace la petite fille, le sang qui va couler, la cruauté sanguinaire du loup, la dévoration de la grand-mère. Même en affirmant que le loup incarne le Diable, ce sont là des explications un peu courtes. En étant quelque peu anachronique, on pourrait oser une hypothèse plus psychanalytique : ce rouge serait celui de la sexualité !

Retrouvez toutes les images à broder PAR LA et PAR ICI.

Les explications de type historique sont mieux fondées mais elles nous laissent plus ou moins sur notre faim. Vêtir les enfants de rouge est assurément une pratique qui remonte fort haut dans le temps. En outre, peut-être la fillette a-t-elle revêtu ce jour-là, pour se rendre chez sa grand-mère, son plus beau vêtement. C’est à dire, comme toujours au Moyen Âge pour le sexe féminin, un vêtement rouge ? Ou bien est-elle née le jour de la Pentecôte (c’est en effet ce que nous dit la plus ancienne version écrite du conte) et se trouve-t-elle de ce fait vouée au rouge, couleur de l’Esprit Saint ? Cette dernière hypothèse est sans doute historiquement la bonne mais elle ne nous satisfait pas complètement.

Reste une explication d’ordre sémiologique, tirée de la structure même du conte et de la distribution ternaire des couleurs. La petite fille vêtue de rouge porte un pot de beurre blanc à une grand-mère habillée de noir.

Nous retrouvons là les trois couleurs symboliques « de base » des sociétés anciennes : le blanc, le rouge et le noir. Elles sont celles autour desquelles notamment s’articulent tous les contes et toutes les fables.

Le rouge dans les autres contes et fables :

Voici trois exemples :

Dans le « Corbeau et du renard », un corbeau noir sur un arbre perché laisse tomber un fromage blanc dont s’empare un renard rouge.

Et dans l’histoire de Blanche-Neige, une sorcière vêtue de noir offre une pomme rouge (empoisonnée) à une jeune fille au teint « blanc comme neige ».

Dans les trois cas, la distribution des couleurs varie mais leur dynamique s’articule autour des trois mêmes pôles symboliques : blanc, rouge, noir.

C’est l’occasion de broder le rouge dans tous ses états !

Retrouvons nous dans la boutique pour découvrir : le ruban Dahlia ICI – le ruban Chiffon ICI – le ruban Tulle PAR LA – tricotine Suave PAR LA – fantaisie M’Chou ICI

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Une image = une occasion de tirer l’aiguille !

Une image textile à découper – ou pas ! – à appliquer partout et bien sûr à broder. Mais où ? Tout est possible : sur une petite ou une grande pièce, un tote bag ou même un vêtement…

C’est le moment de laisser parler sa créativité.

Nous vous proposons dans la boutiqueleastansal.com VOIR ICI de nombreuses images faciles à broder. Imprimées sur du tissu en coton et lin, elles permettent le passage sans souci de l’aiguille.

Nouveautés de la rentrée :

La plus jolie petite fille du village, le Petit Chaperon rouge, part visiter sa grand-mère malade à la demande de sa mère. Elle a pour mission de lui apporter une galette et un petit pot de beurre. Elle doit traverser le village en passant par la forêt. Le Petit Chaperon rouge va croiser la route du Loup et ne s’en méfiera pas. Elle lui donne des indications sur sa destination et accepte la proposition du Loup qui s’apparente à un jeu. Lorsqu’elle arrive à destination, le Loup a déjà dévoré la grand-mère et a pris sa place dans son lit. Quand la petite fille arrive enfin, elle tombe dans le piège et se fait dévorer à son tour. La morale du conte de Charles Perrault porte sur les dangers pour une belle jeune fille de faire trop confiance aux personnes qu’elle rencontre.

Pourquoi ne pas broder autour de l’image d’un portrait d’enfant :

Comment insérer une image ? En brodant, bien sûr !

Il y a de nombreuses façons de faire.

Avant tout, découpez l’image à la taille souhaitée. Puis encollez la directement sur le tissu de fond choisi. Sans oublier de coller au dos un coupon de toile à beurre empesée temporairement PAR LA avec une colle en bombe repositionnable.

Brodez du branchage et du feuillage

Retrouvez toutes nos conseils dans nos articles précédents VOIR ICI et ICI.

A vos aiguilles,

Bon dimanche de rentrée.

« Etre sur ses pas »… ceux de Léa Stansal

« Etre sur ses pas » est le nom d’une image à broder VOIR ICI mais c’est aussi un apprentissage pour découvrir ou s’entraîner à la broderie d’embellissement.

Broder des feuilles est un exercice simple, pensez-vous ? Mais ne vous y trompez pas ! De nombreuses possibilités créatives s’offrent à vous. Découvrez ce terrain de jeux !

Le secret réside dans l’utilisation du point feuille VOIR LA GALERIE DES POINTS ICI.

"Etre sur ses pas" le point de feuille

UN PEU DE BOTANIQUE

Dans un premier temps, observons de plus près la nature afin de pouvoir s’en inspirer.

"Etre sur ses pas" les feuilles

Une feuille se compose de deux limbes situés de part et d’autre d’une nervure centrale. Cette dernière se prolonge. En devenant le pétiole, elle permet de rattacher la feuille à la branche.

LA BRODERIE DES FEUILLES

Brodez chaque limbe au point de feuille avec une seule et même matière. Pensez aussi à les broder séparément avec des matières et/ou des coloris différents.

Réalisez les nervures dans un deuxième temps.

"Etre sur ses pas" image à broder

Pour ce modèle, un côté de la feuille est brodé avec du lacet GARDENIA PAR ICI et l’autre côté par du ruban MINA PAR LA.

GARDENIA est un lacet fin à broder mais avec un rendu spectaculaire grâce au volume obtenu.

MINA est un ruban à broder en coton, d’une largeur de 4 millimètres, se présentant sous la forme d’une nouette. Son toucher mat, ses couleurs fraîches conviennent bien aux pétales des fleurs. Son aspect rustique et ses teintes sourdes apportent du réalisme au feuillage des bouquets, des buissons et des arbres.

Découvrez nos nombreux coloris – teinture maison réalisée par Léa Stansal.

Pour la nervure, portez votre choix sur une fine Chenille VOIR ICI appliquée au point de Boulogne.

Les fines nervures et les ombres sont réalisés avec le fil fin à broder Laïna C’EST ICI.

A votre tour d »être sur ses pas » et d’explorer les nombreuses possibilités du point de feuille.

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Extra-fort… trop fort, ce ruban à broder vintage !

Extra-fort, un large ruban vintage à broder, d’un centimètre de large environ, en fibre synthétique. Il a disparu de nos boites à couture. Les couturières les utilisaient pour renforcer les ourlets et les coutures d’un vêtement.

Mais, nous les brodeuses, pourquoi pas leur donner une seconde vie en… les brodant ?

Nous les chinons en brocante. Après un lavage et une teinture maison, ils sont repassés et découpés pour vous proposer des assortiments de couleurs uniques. VOIR ICI.

extra-fort en fleur

Pour broder le ruban extra-fort, il est préférable d’utiliser un pieu à bout pointu ICI.

Une aiguille aussi énorme ne va-t-elle trouer et abimer mon tissu ?

Vous parlez peut être de l’autre tissu : la peau, la si délicate peau humaine ? Une peau si résistante qu’elle ne se laisse traverse que par des aiguilles creuses… et qui, dans les quelques instants qui suivent… se referme définitivement sans laisser la moindre cicatrice !

Ce n’est pas par hasard que le même mot TISSU soit utilisé pour la peau et l’étoffe. Et il en est de même pour les étoffes. Pour preuve, Connaissez-vous les techniques du boutis ? Les fils tissés d’un coton fin se laissent écarter pour y introduire cordonnet ou rembourrage, l’action terminée ils vont se refermer d’une manière si parfaite que vous ne reconnaitrez ni l’endroit ni l’envers de l’ouvrage.

Convaincue ?

Avec un pieu et du ruban extra-fort, vous pourrez ainsi réaliser avec seulement quelques points une broderie spectaculaire.

Soit en brodant des grands points, par exemple des points de bouclette pour le modèle ci-dessus. Retrouvez le tuto ICI.

Soit en fronçant le ruban grâce à un fil de fronce. Tuto d’une fleur facile et rapide à réaliser VOIR ICI

extra-fort froncé

A vos aiguilles

Bon dimanche.

Ruban A TIRE D’AILE à broder, un incontournable

Ruban A TIRE D’AILE est une fine tricotine à broder, composée de longues fibres qui lui donnent un aspect mat et glacé.

Qu’est-ce une tricotine ? Elle se présente sous forme d’un tube. On retrouve dans son nom le mot « tricot » car elle est constituée de mailles entrelacées, mais aussi le mot tricotin.

Le ruban A TIRE D’AILE est fabriqué avec diverses matières qui lui donnent des aspects plus ou moins mats ou brillants, unis ou imprimés. Il existe dans de nombreuses couleurs, toujours le résultat d’une teinture maison VOIR ICI.

Ruban A TIRE D'AILE

Quels points de broderie peut-on faire ?

Le point de ruban, c’est le plus simple ! Pensez aussi au point lancé, au point de nœud, sans oublier le point de feuille, par exemple…

Avec ces points, vous pourrez réaliser des fleurs, des branchages, des feuilles et différents feuillages.

Comme exemple, voici un branchage fleuri brodé sur le « Fil Rouge » VOIR ICI. C’est un ouvrage que nous brodons ensemble, sur la base d’un patchwork réalisé avec des tissus en laine de style masculin.

Ruban A TIRE D'AILE Fil rouge

Conseils pour broder cette fleur

Ruban A TIRE D'AILE

Pour réaliser cette fleur, brodez de nombreux points de ruban. celui-ci se reconnaît grâce à la petite boucle que se fore au moment ou l’on repique l’aiguille dans le ruban.

Astuce : Il n’est pas nécessaire de fixer le ruban sur la chas de l’aiguille comme enseigné dans la broderie au ruban traditionnelle. Placez le ruban sur l’ouvrage, puis tirez doucement le ruban jusqu’à ce qu’il se forme une boucle. Si vous tirez d’avantage, une pointe va apparaître. Ce point de broderie est très utilisé pour réaliser des pétales de fleur ou des feuilles.

Quelle aiguille choisir ?

L’aiguille à embellissement à bout pointu est sans conteste celle que vous devez utiliser. Elle posséde un long chas qui permet de glisser facilement le ruban A TIRE D’AILE VOIR ICI.

A votre tour de découvrir cet élégant ruban à broder.

A vos aiguilles,

Bon dimanche

La bonne aiguille, comment la choisir ?

La bonne aiguille, comment la reconnaître ?

A l’évidence, c’est celle qui permet de traverser le tissu avec aisance et qui laisse passer avec fluidité le fil dans le chas.

Ainsi, si votre fil vrille, s’effiloche et s’abîme, n’incriminez pas sa résistance ou sa qualité !

Posez-vous simplement cette question : cette matière à broder vous plaît-elle ? Son aspect, sa matière ou sa couleur vous enchantent-elle et conviendraient-elle parfaitement à votre projet ? Alors changez simplement d’aiguille ! Choisissez-en une avec un chas plus large ou une autre encore plus grosse. Lorsque fil, le ruban ou la matière choisie glissent avec fluidité : c’est en tâtonnant que vous trouverez la bonne aiguille !

ASTUCE :

Laissez un reste de fil ou de matière à broder sur le chas pour la retrouver plus facilement.

La grande famille des aiguilles

Commençons par quelques points préliminaires importants :

Plus le numéro est petit plus l’aiguille est grosse. Le numéro 1 correspond au pieu qui est l’aiguille la plus grosse (voir plus loin) et les aiguilles n°20 sont les plus fines.

Je vous recommande d’acquérir les aiguilles en assortiment et de les laisser ainsi rangées dans votre range-aiguilles.

Pour la broderie d’embellissement, il y a six familles d’aiguilles indispensables à toujours avoir sous la main :

Les aiguilles à broder VOIR ICI

La bonne aiguille

L’aiguille à broder possède un chas long et étroit. Elle permet de broder le fil. L’enfilage est facile et la longueur du chas rend possible la pénétration de plusieurs brins à la fois dans une aiguille fine et souple. Plus l’aiguille est fine, moins elle demande d’efforts pour traverser facilement les tissus et les épaisseurs.

Découvrez la nouvelle présentation sur le thème du Petit Chaperon rouge vu par Léa Stansal

Les Aiguilles à embellissement à bout pointu PAR ICI ou à bout rond ICI

L’aiguille à embellissement est bien reconnaissable avec son chas long et large. Grâce à elle, nous pouvons tout broder (ou presque) !

Ce sont LES aiguilles conseillées pour la bonne pratique de la broderie d’embellissement.

La première chose, lorsque vous avez en main le ruban ou la matière, est de choisir l’aiguille appropriée puis la bonne taille. Celle-ci ne se choisit pas en regardant mais en essayant et surtout en TATONNANT.

La réponse est la même qu’en cas de difficulté dans la vie. Comment  ? Tout simplement en changeant de point de vue… Euh, je voulais dire en changeant de point. De point de broderie bien sûr  ! Point de Boulogne, point de Mirliton, point de couchure, point de Tournicoton… ICI LA GALERIE DES POINTS

A bout rond ou à bout pointu ?

Le bout rond est adapté aux tissages lâches, il s’insérera dans les écartements en effleurant les fibres et donc sans les abîmer. Le bout rond est également indispensable pour tous les points de mirliton puisqu’il faut aider l’aiguille à se promener entre et sous les points du premier passage. Nous éviterons ainsi de toucher la pointe de l’aiguille et de nous y blesser.

Les aiguilles à broder les perles PAR LA

la bonne aiguille pour broder

Vous trouverez dans le commerce de nombreuses propositions d’aiguilles à perles longues, très fines et très souples. Elles sont prévues pour poser les perles avec un fil qui se doit d’être pratiquement invisible. Ce qui n’est pas du tout le cas dans la broderie d’embellissement.

En effet, nous ne travaillons pas la perle posée mais « la perle brodée ». Aussi cherchons nous un fil coloré qui remplira bien le trou de la perle et se posera avec un point qui ne se cache pas. J’utilise pour cela des aiguilles courtes ou demi-long au chas rond.

Les Aiguilles longues ++ PAR LA

Elle porte bien son nom car c’est la plus longue. Choisissez l’aiguille la plus fine possible lorsque vous travaillez des fils fins et surtout lorsque vous devez traverser de nombreuses épaisseurs (tissus, molleton souple et rigide).

la bonne aiguille pour broder

Les pieux PAR ICI

la bonne aiguille pour broder

Ce sont les plus grosses des aiguilles à embellissement.

Oui, je sais que ce n’est pas gentil d’avoir surnommé ainsi cette infatigable et précieuse collaboratrice. Elle existe à bout rond et à bout pointu.

Il est notre recours pour toutes les difficultés car il accepte dans son giron généreux les matières les plus improbables, celles que nous affectionnons particulièrement dans la pratique de la broderie d’embellissement.

Une aiguille aussi énorme ne va-t-elle pas trouer et abîmer mon tissu ?

A quel tissu pensez-vous ? La peau, la si délicate peau humaine ? Une peau si résistante qu’elle se laisse traverser, veines comprises par des aiguilles creuses et qui, dans les quelques instants qui suivent… se referme définitivement sans laisser la moindre cicatrice !

Ce n’est pas par hasard que le même mot « tissu » est utilisé pour la peau et pour l’étoffe. Le tissu vivant se laisse traverser et se referme. Et il en est de même pour les étoffes. Pour preuve, connaissez-vous les techniques du boutis ? Les fils tissés d’un coton fin se laissent écarter pour y introduire cordonnet ou rembourrage. L’action terminée, ils vont se refermer d’une manière si parfaite que vous ne reconnaîtrez ni l’endroit ni l’envers de l’ouvrage. Convaincue  ?

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Zonzon

« Mina », un ruban 100 % coton à découvrir absolument !

« Mina », c’est un bien joli prénom féminin pour un ruban à broder souple et facile d’utilisation, en coton, de fabrication française, d’une largeur de 4 millimètres environ. De plus, il prend de nombreuses couleurs entre les mains expertes de Léa Stansal qui le teint elle-même VOIR ICI LA GAMME DE COULEUR.

Comment l’utiliser et quels points de broderie peut-on faire ?

En premier lieu, le point de ruban, c’est le plus simple ! Mais aussi, le point lancé, le point de nœud, sans oublier le point de feuille, par exemple…

Mina page carnet

Visitez notre galerie de points, c’est ICI.

Son toucher mat et ses couleurs fraîches conviennent parfaitement aux pétales des fleurs.

Pourquoi pas broder des marguerites ?

Nos conseils :

Faites un premier tour en brodant quelques pétales par groupe de deux ou trois de façon espacée. Puis faites un second tour pour compléter certains espaces. Ne pas broder tous les pétales pour que votre marguerite reste légère et irrégulière.

Le point de feuille

De par son aspect rustique et ses teintes sourdes, le ruban « Mina » apporte aussi du réalisme au feuillage des buissons et des arbres.

Sa principale qualité est un volume spectaculaire et facilement obtenu dès le premier point. A condition de réaliser des points souples et non réguliers (c’est ce qui est le plus difficile !).

Testez et constatez par vous-même la différence entre un point lancé (irrégulier et souple) et le point du ruban (plat et régulier) : quelle est, pour vous,  la feuille la plus vivante ?

Retrouvez tous les secrets du point de feuille ICI et ICI.

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Parlons chiffons :… à porter, à frotter… ou à broder…

Parlons chiffons ! Quoi de plus normal pour les brodeuses… Puisque ne dit-on pas que ce n’est pas chose sérieuse !

Je vais tenter ici de vous prouver le contraire.

DEFINITION

En premier lieu, comme vous le savez toutes, les « chiffons » sont toutes sortes de coupons textiles destinés à partir au rebut, soit des chutes de coupe de couture ou de la récupération de pièces usées. On les réserve généralement pour le ménage et le nettoyage.

Mais on parle aussi communément de « chiffons » pour désigner de façon péjorative des articles et des vêtements de mode.

Cependant, de tout temps, les chiffons ont servi à la fabrication du papier grâce à une pâte obtenue à partir de déchets textiles neufs ou usagés de lin, chanvre, coton ou linters de coton.

Aujourd’hui je vous propose de broder des rubans que l’on nomme « Chiffons ».

Les rubans Chiffon PAR ICI

Pourquoi ? Ces rubans sont en matière synthétique et imitent parfaitement l’aspect du papier. Leur aspect et leur toucher sont légers, doux et veloutés. Mais ne vous fiez pas à leur aspect fragile, ils sont solides et se travaillent facilement. De plus leur rendu est spectaculaire.

Tous les points classiques de la broderie d’embellissement VOIR ICI leur conviennent. Utilisez cependant toujours une aiguille à embellissement à bout pointu.

Point lancé ou point de ruban pour imiter le feuillage, point de bouclette pour broder des fleurs, au bien encore point de nœud, d’accordant et bien d’autres encore…

Ces rubans existent en plusieurs épaisseurs et largueurs. Quand leur largeur atteint le centimètre, ils prennent le nom de ruban « Dahlia » PAR ICI.

N’hésitez pas à faire de longue aiguillée. Les nombreux passages au travers du tissu vous permettront de feutrer les bords de votre ruban qui prendra ainsi un aspect duveteux intéressant.

Ces rubans plus faciles à broder et moins coûteux que les célèbres rubans de soie, sont parfaits pour les débutantes.

Etes-vous tentée de les essayer ? Etes-vous convaincue ? Alors parlons Chiffons !

A vos aiguilles,

Bon dimanche.