Suivre LéaStansal

Recevoir une notification a chaque nouvel article sur le site

Thanks for subscribing!

Translation

Archives

Les aiguilles : mode d’emploi – suite et fin.

Les aiguilles, c’est notre feuilleton de ce début d’été.

Si vous avez raté le début : un petit rappel de la saison 1 : les aiguilles, vous en avez pléthore, alors n’importe laquelle conviendra ? Oh que non ! Léa nous explique tout PAR ICI.

Puis dans la saison 2, nous avons appris qu’il était nécessaire de protéger les aiguilles et de ne pas les égarer : le range-aiguilles ou la cousette est l’accessoire idéal PAR LA.

Ce dimanche, nous allons découvrir comment l’on s’en sert !

Les aiguilles Léa Stansal

La première question qui se pose est comment fait-on pour enfiler à coup sûr le fil dans le chas de l’aiguille ?

Avant tout, il faut couper le fil et le ruban non pas à angle droit mais en biais. Ainsi, les fibres de votre fil regroupées, elles passeront plus aisément dans le chas de l’aiguille. Pour le ruban, coupez le aussi en biais, il s’effilochera moins.

Si votre fil a tendance à se dédoubler, pliez-le en deux. Le fil passera alors plus facilement dans le chas.

Conseil de Léa :

Inutile de mouiller l’extrémité du fil. En effet, il ne faut pas essayer d’enfiler le fil dans le chas de l’aiguille, mais à l’inverse enfiler le chas de l’aiguille sur le fil ! Maintenez le fil coupé dans le gras de votre pouce et de votre index, puis présentez le chas de l’aiguille vers le fil. Et hop ! votre aiguillée est prête.

Si vous souhaitez assembler des morceaux de molleton rigide emballés de tissu ou poser des perles, préférez une aiguillée de Laïna pris en double pour plus de solidité. C’est-à-dire, pliez votre fil en deux et faites un nœud avec les deux extrémités ensemble.

Vous voilà prête à commercer. Mais non, il manque encore un petit quelque chose : un dé. Son nom vient du latin digitale, puis de digitus, le doigt.

Les aiguilles Léa Stansal

Un dé à coudre est un petit objet souvent cylindrique dans lequel on insère le bout du doigt, généralement le majeur ou l’annulaire. Il a deux rôles : il protège le doigt et permet aussi de pousser les aiguilles dans le tissu plus facilement et sans se blesser.

Le dé à coudre le plus ancien a été retrouvé à Pompéi, il était en bronze. Mais il existe depuis bien plus longtemps.

Il est réalisé dans divers métaux, en cuir, en céramique, en porcelaine, en corne ou ivoire, en caoutchouc, en bois, en verre ou en plastique… Le dé à coudre peut être plus ou moins décoré, peint, gravé ou ciselé. Il peut aussi avoir des formes différentes : couvrir complètement le doigt ou n’être pas plus large qu’une bague. Pour cela, on aime le collectionner.

Une aiguillée de fil à la main et un dé au doigt, vous êtes prêtes. Pourquoi ne pas réaliser un personnage cousu main. Nombreux modèles et patrons dans le livre « PERSONNAGES COUSUS MAIN » PAR ICI.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Une réponse à to “Les aiguilles : mode d’emploi – suite et fin.”

Laisser un commentaire