Suivre LéaStansal

Recevoir une notification a chaque nouvel article sur le site

Thanks for subscribing!

Léa Stansal
Bibliothèque
Conseils
Translation

Archives

Léa Stansal et l’atelier du photographe de Pitchipoï

Léa Stansal - atelier du photographe de Pitchipoï

Léa Stansal -atelier du photographe de Pitchipoï

Léa Stansal nous dévoile un nouvel extrait de son livre « La broderie d’embellissement ou l’histoire fragmentée du photographe de Pitchipoï » :

Pour le pré-commander, c’est ICI

Son prix 42,50 € – Sa parution : 2ème quinzaine d’avril – Editeur : LMDL.

Reportez vous au premier extrait ICI.

Souvenez-vous : Paula KKatz-Zalc est interviewée sur son dernier ouvrage, le journal de la-Grande-Paula, sa grande tante  paternelle qui y raconte son histoire.

IL EST QUESTION, TOUT AU LONG DE SES ÉCRITS, DE SON PÈRE…

Oui, il était artisan-photographe. Il exerçait son métier à Pitchipoï, une petite ville dont une partie de la population était juive et attachée aux traditions. Dans son studio de prises de vue, il a fait quantité de portraits des siens mais également des membres des autres communautés qui peuplaient sa petite ville, et qui étaient nombreuses. Mais il aimait également beaucoup faire de longues promenades pour photographier toutes sortes d’habitants dans les campagnes environnantes.

POUVEZ-VOUS NOUS EN DIRE PLUS SUR LES CIRCONSTANCES PARTICULIÈRES QUI VOUS ONT AMENÉE À DÉCOUVRIR CES DOCUMENTS ?

Cela a commencé par un héritage inattendu, laissé par mon grand-père paternel, Elichat KKatz. À la surprise générale, il me désigna expressément comme bénéficiaire, alors que je n’étais encore qu’une adolescente envers laquelle il n’avait jamais manifesté le moindre intérêt. Taciturne, secret, il n’évoquait presque jamais son enfance ni sa famille à Pitchipoï. Lui aussi photographe, ce grand-père me légua sur son lit de mort une valise qui avait visiblement beaucoup voyagé et dont aucun membre de notre famille ne soupçonnait l’existence ; fermée par une sangle nouée, sans clé ni serrure, elle s’était empoussiérée pendant des années au-dessus de son  armoire sans que personne y eût jamais prêté attention.

Mais que contient cette valise ?

Nous vous donnons rendez-vous mercredi prochain … pour la suite …

Pour ne rien manquer, abonnez-vous pour recevoir un avis de parution à chaque nouvel article publié sur ce blog et/ou notre première newsletter (oui, oui c’est pour bientôt !).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

3 réponses à to “Léa Stansal et l’atelier du photographe de Pitchipoï”

Laisser un commentaire