Suivre LéaStansal

Recevoir une notification a chaque nouvel article sur le site

Thanks for subscribing!

A l’écoute!
Abonnez vous à notre newletter

Léa Stansal
Bibliothèque
Conseils
Translation

Archives

teintures

Léa Stansal fait des teintures à foison

La nature qui nous entoure est pleine de couleurs. Par les teintures, Léa Stansal tente de se les approprier pour notre plus grand plaisir.

De nouvelles matières sont arrivées. C’est le moment de mettre les cônes en écheveaux, les écheveaux en échevettes ou en pelotes pour les parer, les illuminer, les enchanter. Bref, les colorer !

Faire des teintures, c’est entrer dans un moment particulier, hors du temps. Désormais, je ne vais plus faire que penser comment décliner ce rouge, comment renforcer ce jaune, comment éteindre ce vert !

Pendant la mise en couleur, seuls mes fils et rubans existent. Ils sont l’objet de tous mes soins : je les brasse, touille, mélange les pigments, le monde s’arrête de tourner.

Les chagrins et les préoccupations de toutes sortes s’écoulent avec l’eau du rinçage. Cette eau coule sur moi, me refroidit les articulations, me glace les doigts mais permet d’entrevoir une première ébauche colorée. Ce premier résultat est exaltant mais inabouti car la couleur définitive, elle ne se montrera dans sa réalité qu’une fois sèche.

Souvent le rinçage déçoit les espoirs entrevus, il efface les subtilités travaillées qui dissolvent. Dans le lavabo ne me restent plus que de vagues grisailles, de pauvres pastels, des neutres inintéressants.

Il faudrait que je sois plus rigoureuse, que je me protège mais je n’arrive pas à mettre des gants, mes mains se colorent et l’odeur de l’eau de javel persiste sur ma peau. J’oublie de nouer le tablier protecteur ou d’enfiler les vêtements appropriés et je laisse les éclaboussures abîmer un chemisier adoré.

Le travail des teintures est physique car il faut transporter les cuvettes et les seaux d’un endroit à l’autre. Ensuite rincer encore et encore jusqu’à l’obtention d’un liquide clair, tordre et retorde les écheveaux, les déposer sur le banc du jardin afin qu’ils s’égouttent sur l’herbe. Puis alors qu’ils sont presque secs, les oublier alors qu’une pluie inattendue vient tout remouiller !

Le séchage est un problème car je ne dispose pas d’un endroit approprié. S’il ne fait pas suffisamment chaud, les paniers débordants de rubans s’accumulent autour du poêle à bois de la véranda mis en chauffe pour l’occasion. Les pelotes de soie à broder enguirlandent les radiateurs, les paniers pleins d’échevettes de lacets encombrent toutes les pièces de la maison.  

Dès qu’un petit espoir de ciel bleu s’annonce, vite les répartir sur les rambardes des fenêtres. Mais chaque soir, il faut rentrer ce qui a été mis à sécher sur les balcons et chaque matin les réinstaller pour leur permettre de profiter du soleil naissant.  

Lorsque l’eau du rinçage ne dissout par l’intensité de la couleur et qu’enfin sec le résultat final se montre et qu’il resplendit, un plaisir gustatif me submerge, je dis «Hum, Miam …Miam » et la salive me vient sous la langue.

teintures léa stansal

Pierre a renoncé à lutter contre cet envahissement, je lui assure que les teintures, c’est bientôt fini ! Demain il retrouvera l’univers familier et ordonné qui lui est indispensable, …demain, c’est promis ! 

Retrouvez les dernières teintures de Léa : toutes ces nouvelles et belles couleurs de Tulle dans la boutique ICI

teintures Tulle les roses orangésteintures Tulle le blanc teintures Tulle le blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

teintures Tulle les jaunes verts teintures Tulle les pastels teintures Tulle les marrons kaki

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon dimanche.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer