Suivre LéaStansal

Recevoir une notification a chaque nouvel article sur le site

Thanks for subscribing!

Translation

Archives

Léa

Les roses en couronne du magasin Takashimaya

Les roses sont cultivées en Chine depuis 5000 ans. Dans le monde entier, elle exprime la joie, le bonheur, la tendresse et la grâce. Elles sont l’emblème du grand magasin japonais Takashimaya, fondé en 1831, il y a 180 ans.

Voici le logo du grand magasin. Cette belle couronne n’est-elle pas inspirante ? On a envie de la broder !

Les roses Léa Stansal

Les roses sont vénérées au Japon et on les retrouve tout naturellement dans les « Haïku », ces petits poèmes composés de quelques vers seulement qui retranscrivent la beauté fugace d’un instant de vie.

Fourmi !
Tu as beau grimper à la rose
Le soleil est encore loin. (Shinohara Hôsaku)

Du point de vue technique, il y a plusieurs façons de broder les roses :

En premier lieu, les roses araignée.

Les roses Léa Stansal

Choisissez la fantaisie M’Chou, matière intissée idéale pour ce point. Les roses araignées sont plus belles, plus vaporeuses, lorsque le ruban est travaillé avec souplesse, en serrant le moins possible. Aussi, il est très important de choisir une très grosse aiguille à bout rond (un pieu PAR ICI).

La boutiqueleastansal.com vous propose cinq gammes de coloris de fantaisie M’Chou qui ont été teints de façon artisanale  par Léa Stansal : Les roses, du plus clair au plus foncéLes mauves, violets et prunes – Les guimauvesDébut d’automnePrairies.

Dessinez un cercle et à l’intérieur de celui-ci une étoile à 5 branches. Avec un brin de fil solide et épais (par exemple un fil feuillu PAR LA), brodez l’étoile en réalisant 5 points lancés. Ils seront le soutien de la réalisation des roses au point d’araignée.

Passez votre aiguille dessus puis dessous les points lancés, en tournant avec la fantaisie M’Chou. Pour le dernier rang, vous pouvez faire des points arrière pour réaliser quelques pétales plus épanouis et rompre avec la régularité des points précédents.

Remplissez le centre de la rose avec des perles de rocaille coloris jaune et un brin de fils à broder Fluo PAR ICI pris en double. Enfilez trois perles à la fois et ne repiquez pas trop loin afin que les perles forment une petite boucle et obtenir ainsi un cœur bien bombé.

En deuxième lieu, les roses ébouriffées VOIR ICI.

Les roses ébouriffées sont réalisées grâce à une mèche de six fils de Fantaisie à broder Hortensia de coloris différents et choisis par Léa Stansal. Cinq gammes de couleurs vous sont proposées C’EST ICI.

Du point de vue technique, c’est très simple ! Regardez !

En troisième lieu, les roses accordéon VOIR ICI.

Prenez l’une des matières proposées et une aiguille à embellissement à bout pointu PAR LA. Le choix de l’aiguille est toujours très important !

Nous vous proposons un assortiment de trois matières différentes : Tricotine Crystal, Fantaisie dentelle et Yvette. Elles ont été spécialement sélectionnées par Léa Stansal pour réaliser avec succès de belles roses accordéon.

Nous vous les proposons pour un prix spécial « découverte » de 5 € au lieu de 7 € VOIR ICI.

Commencez en réalisant un tour de ruban autour de l’aiguille comme pour faire un point de nœud. Puis continuez en faisant un petit point avant au milieu du ruban sur 2 cm environ. Repiquez l’aiguille juste à côté du point de sortie du ruban et tirez doucement. Voyez comme votre ruban se plisse pour évoquer les pétales recroquevillés d’une rose.

Les roses Léa Stansal

Enfin pour terminer, les roses en bouton VOIR ICI.

Préparer une aiguillée de chaque coloris de tricotine Suave C’EST ICI puis les alterner afin d’obtenir ainsi des boutons de coloris tous différents.

Maintenir un espace de 3 millimètres entre le premier point du bouton et la tige afin de laisser la place au calice. Les boutons de rose sont réalisés en superposant des points de bouclette les uns sur les autres. Suivant le nombre de points, vous obtiendrez des boutons plus ou moins dodus.

Les roses Léa Stansal

Retrouvez toutes ces belles matières sur notre stand VE2 19 au Carrefour Européen du Patchwork à Sainte-Marie- aux-Mines en Alsace du 13 au 16 septembre 2018.

A vos aiguilles.

A dimanche prochain.

Rose accordéon, sa technique et ses secrets.

Rose accordéon : c’est un drôle de nom pour un point de broderie. Mais il a l’avantage de décrire tout à la fois la technique et son résultat !

Ce point vous est inconnu ou vous pensez au contraire bien le connaître ? Léa Stansal nous dévoile tous ses secrets.

Mais en premier lieu, un peu d’histoire. Remontons le temps :

Vers 1900, les merciers proposaient à leurs clientes des kits de broderie contenant le modèle, les explications et les matériaux : lacets, fils de soie… Des galons larges devaient être pliés puis appliqués sur le tissu de fond avec un fil fin. Les lacets, plus fins étaient enfilés dans des aiguilles à tapisserie pour broder directement l’étoffe. Plus tard, cette méthode deviendra la broderie au ruban…

Pour en savoir plus : retrouvez l’histoire de la broderie d’embellissement PAR ICI.

La broderie au ruban, c’est aussi de nombreux points de broderie spécifiques. La rose accordéon est l’un de ceux-là.

C’est un point facile à réaliser et qui permet d’obtenir rapidement une broderie spectaculaire et en relief. Les roses accordéon embelliront, j’en suis certaine, vos vêtements et vos ouvrages.

Sur le plan technique, son secret réside dans un petit tour de main : en premier lieu, choisissez le bon ruban. Les points de « rose accordéon » étaient traditionnellement réalisés avec un ruban en soie.

Rose accordéon Léa Stansal

Ici le modèle « Ondulante » page 164 et 165 du livre de Léa Stansal : LA BRODERIE D’EMBELLISSEMENT ou l’histoire fragmentée du photographe de PichtchiPoï PAR ICI.

Mais aujourd’hui, toutes sortes de rubans, de tricotines et de lacets fabriqués dans des matières nouvelles telles que le nylon, les viscoses, les intissés de polyamides sont désormais facilement à disposition et pas seulement le célèbre et très ancien petit lacet ou ruban de soie.

Ces nouvelles matières sont bon marché et nous offrent des rendus plus riches. Mais laquelle choisir ?

Nous vous proposons un assortiment de trois matières différentes : Tricotine Crystal, Fantaisie dentelle et Yvette. Elles ont été spécialement sélectionnées par Léa Stansal pour réaliser avec succès de belles roses accordéon.

Nous vous les proposons pour un prix spécial « découverte » de 5 € au lieu de 7 € VOIR ICI.

Rose accordéon Léa Stansal

Les voici réalisées en Fantaisie dentelle.

Rose accordéon Léa Stansal

Ici, les roses accordéon sont en tricotine Crystal.

Maintenant, place à la technique :

Prenez l’une des matières proposées et une aiguille à embellissement à bout pointu PAR LA. Le choix de l’aiguille est toujours très important !

Commencez en réalisant un tour de ruban autour de l’aiguille comme pour faire un point de nœud. Puis continuez en faisant un petit point avant au milieu du ruban sur 2 cm environ. Repiquez l’aiguille juste à côté du point de sortie du ruban et tirez doucement. Voyez comme votre ruban se plisse pour évoquer les pétales recroquevillés d’une rose.

Rose accordéon Léa Stansal

C’est encore mieux en images :

 Il ne vous reste plus qu’à essayer !

Alors à vos aiguilles.

Bon dimanche.

Le Club animé par Zonzon pour broder ensemble

Le Club s’est réuni ce samedi dans l’atelier de Léa Stansal. C’était son dernier rendez-vous avant la pause estivale.

Le club Léa Stansal

Souvenez-vous, je vous ai déjà parlé du club des brodeuses de Léa Stansal VOIR ICI.

En ce moment, je prépare déjà pour vous la rentrée.

Mais le club, le connaissez-vous ? Qu’y fait-on ? Et, est-il fait pour vous ?

En premier lieu, vous avez acheté un kit, un starter ou un assortiment de matières sur le site boutiqueleastansal.com et vous n’osez pas commencer.

Ou, vous êtes une brodeuse débutante. Et vous rêvez d’apprendre la broderie d’embellissement, mais vous n’osez pas vous lancer.

Ou,  vous êtes fan du Monde de Léa,

Ou bien encore, vous êtes à la recherche d’un espace sympa pour échanger et parler broderie d’embellissement avec d’autres brodeuses et passer un très bon moment ?

Alors, le club est fait pour vous !

Venez donc le samedi broder avec nous.

J’en suis l’animatrice. On m’appelle Zonzon.

Pour celles qui ne me connaissent pas encore, j’ai été formée par Léa Stansal et c’est moi qui vous écris tous les dimanches un article sur ce blog.

Je vous attends avec plaisir le samedi à l’atelier de Léa Stansal à Joinville le Pont (Val de Marne) pour vous faire découvrir une approche du travail textile qui vous permettra d’avancer plus vite en créativité, dans la bonne humeur et la convivialité !

Le club Léa Stansal

Pour nous venir nous retrouver chez Léa par les transports en commun : station Joinville-le-Pont (RER A à 25 minutes environ de Châtelet-Les-Halles), puis 13 minutes à pied. Voici le plan ICI.

En conclusion : Pour vous inscrire, c’est très simple. Adressez-moi un mail. Voici mon adresse : blogazonzon@hotmail.fr. En retour vous recevrez une fiche d’inscription et le programme.

Les horaires : 10 heures à 16 heures 30. Tarif : 40 € la journée.

Aucune obligation, vous pouvez librement réserver pour un ou plusieurs samedi. Ne tardez pas : les places sont limitées !

En septembre : La première date disponible est le samedi 21 septembre où il ne reste déjà plus que 2 places. Le samedi 29 septembre, nous découvrirons les « Poilus-velus » et nous apprendrons le point Tournicoton.

NOUVEAUTE DE LA RENTREE : Après le club, de 16 heures 30 à 18 heures 30, la boutique de l’atelier sera également ouverte à tous et vous pourrez venir faire vos emplettes.

Restez donc à l’écoute de ce blog pour suivre l’actualité du club des brodeuses de Léa Stansal.

A très bientôt.

Bon dimanche.

Zonzon

 

Les aiguilles : mode d’emploi – suite et fin.

Les aiguilles, c’est notre feuilleton de ce début d’été.

Si vous avez raté le début : un petit rappel de la saison 1 : les aiguilles, vous en avez pléthore, alors n’importe laquelle conviendra ? Oh que non ! Léa nous explique tout PAR ICI.

Puis dans la saison 2, nous avons appris qu’il était nécessaire de protéger les aiguilles et de ne pas les égarer : le range-aiguilles ou la cousette est l’accessoire idéal PAR LA.

Ce dimanche, nous allons découvrir comment l’on s’en sert !

Les aiguilles Léa Stansal

La première question qui se pose est comment fait-on pour enfiler à coup sûr le fil dans le chas de l’aiguille ?

Avant tout, il faut couper le fil et le ruban non pas à angle droit mais en biais. Ainsi, les fibres de votre fil regroupées, elles passeront plus aisément dans le chas de l’aiguille. Pour le ruban, coupez le aussi en biais, il s’effilochera moins.

Si votre fil a tendance à se dédoubler, pliez-le en deux. Le fil passera alors plus facilement dans le chas.

Conseil de Léa :

Inutile de mouiller l’extrémité du fil. En effet, il ne faut pas essayer d’enfiler le fil dans le chas de l’aiguille, mais à l’inverse enfiler le chas de l’aiguille sur le fil ! Maintenez le fil coupé dans le gras de votre pouce et de votre index, puis présentez le chas de l’aiguille vers le fil. Et hop ! votre aiguillée est prête.

Si vous souhaitez assembler des morceaux de molleton rigide emballés de tissu ou poser des perles, préférez une aiguillée de Laïna pris en double pour plus de solidité. C’est-à-dire, pliez votre fil en deux et faites un nœud avec les deux extrémités ensemble.

Vous voilà prête à commercer. Mais non, il manque encore un petit quelque chose : un dé. Son nom vient du latin digitale, puis de digitus, le doigt.

Les aiguilles Léa Stansal

Un dé à coudre est un petit objet souvent cylindrique dans lequel on insère le bout du doigt, généralement le majeur ou l’annulaire. Il a deux rôles : il protège le doigt et permet aussi de pousser les aiguilles dans le tissu plus facilement et sans se blesser.

Le dé à coudre le plus ancien a été retrouvé à Pompéi, il était en bronze. Mais il existe depuis bien plus longtemps.

Il est réalisé dans divers métaux, en cuir, en céramique, en porcelaine, en corne ou ivoire, en caoutchouc, en bois, en verre ou en plastique… Le dé à coudre peut être plus ou moins décoré, peint, gravé ou ciselé. Il peut aussi avoir des formes différentes : couvrir complètement le doigt ou n’être pas plus large qu’une bague. Pour cela, on aime le collectionner.

Une aiguillée de fil à la main et un dé au doigt, vous êtes prêtes. Pourquoi ne pas réaliser un personnage cousu main. Nombreux modèles et patrons dans le livre « PERSONNAGES COUSUS MAIN » PAR ICI.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Aiguilles à protéger car pas de broderie sans aiguilles!

Aiguilles : Fines tiges d’acier trempé et poli, dont l’une des extrémités est pointue afin de traverser les matériaux à décorer ou à assembler, et l’autre, percée d’un trou, le chas, pour recevoir le fil.

Jusqu’au XIXème siècle, les aiguilles étaient un accessoire coûteux fabriqué par des ouvriers qualifiés, qui veillaient à ce qu’elles soient parfaitement lisses et pointues. Ainsi la couturière et la brodeuse avaient une petite pierre à aiguiser et un morceau de toile émeri pour les polir et pour enlever les éventuelles taches de rouille.

La brodeuse n’oubliait également jamais de graisser ses précieuses aiguilles en les passant dans sa chevelure avant de les conserver soigneusement dans de petits carnets faits main. Les aiguilles étaient piquées, puis glissées sur des petits carrés de flanelle. Ces pochettes recouvertes d’étoffe et/ou de fines broderies étaient un élément essentiel des trousses à couture d’autrefois.

Aujourd’hui, les aiguilles sont devenues un outil d’une précision parfaite. Il en existe une très grande variété de longueur et de diamètre. Comment les choisir ? Reportez-vous à notre article précédent ICI.

Conseil de Léa :

Choisissez des aiguilles de qualité : elles vous permettront de travailler plus confortablement. Elles glisseront plus aisément et leur pointe parfaite facilitera un travail plus fluide. N’hésitez pas à vous séparer des aiguilles tordues ou émoussées.

Il est donc nécessaire de les protéger et de ne pas les égarer ! Le range-aiguilles ou la cousette est l’accessoire idéal. Il vous permettra de transporter facilement vos aiguilles à broder lors de vos voyages et de toujours les avoir à portée de main en assortiments. Sans se piquer !

De plus, la réalisation d’une cousette est facile, à la portée de toutes et demande peu de matériel. Tuto pour réaliser une cousette PAR ICI.

De nombreux kits sont à votre disposition dans la boutique : ranges-aiguilles ICI et cousettes PAR LA.

C’est donc l’occasion de joindre l’utile à l’agréable et de laisser aller votre créativité.

Voici dévoilées deux pièces signées Léa Stansal.

Dans la première, elle s’est amusée à détourner une cousette y ajoutant un escargot VOIR ICI et du feuillage.

Aiguilles Léa Stansal

Dans la deuxième, des breloques « ciseaux »  VOIR PAR LA ne se sont pas posés là par hasard, sous les yeux surpris d’un raton-laveur !

Aiguilles Léa stansal

Qu’en pensez-vous ?

A votre tour d’imaginer et de broder.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

 

 

Aiguilles à coudre et à broder : laquelle choisir ?

Les premières aiguilles à coudre sont apparues il y a plus de… 17 000 ans ! Elles étaient en os et servaient à coudre des peaux d’animaux, la fourrure… Puis, elles étaient en cuivre, en argent ou encore en bronze. Sous l’Empire Romain elles étaient en métal et plus fines.

Vous en avez pléthore, alors n’importe quelle aiguille conviendra ?

Oh que non ! Léa nous explique :

J’insiste toujours beaucoup sur le choix des aiguilles et je ne suis malheureusement pas souvent entendue. Quel dommage!

Lorsque une brodeuse rencontre des difficultés, sa première tendance est de s’incriminer. « Je suis nulle » dit-elle (ou quelque chose d’approchant) au lieu de :  » je n’ai sûrement pas choisi la bonne aiguille« . Tout simplement.

La bonne aiguille, c’est celle qui vous permet de traverser le tissu avec aisance et qui laisse passer avec fluidité le fil dans le chas.

Les conseils de Léa :

Utilisez l’aiguille la plus grosse possible lorsque vous travaillez des rubans fragiles ou des matières difficiles. Sans crainte car le trou fait dans le tissu se refermera de lui-même et ne laissera aucune trace (comme le prouve l’art du boutis).

En revanche, utilisez l’aiguille la plus fine possible lorsque vous travaillez des fils fins et surtout lorsque vous devez traverser de nombreuses épaisseurs.

Ainsi, sélectionnez cinq sortes d’aiguilles en paquet d’assortiment de tailles afin de pouvoir choisir celle qui conviendra le mieux.

Vous les trouverez dans la boutique ICI.

Mais, comment les reconnaître ?

Les aiguilles à broder pour les fils. Elles sont longues et pointues, avec un chas long et fin.

Les aiguilles demi-longues ou à quilter fines et au chas rond. Elles sont idéales pour broder les perles. Les aiguilles spécialisées, dites « spéciales perles » sont particulièrement longues et fines, mais elles ne conviennent pas. Elles acceptent uniquement les fils extrêmement fins.

Pour la broderie d’embellissement, les fils doivent au contraire être bien visibles et donc surtout pas trop fins.

Aiguilles Léa Stansal

La technique de Léa Stansal n’est pas du tout celle de la perle posée mais celle de la perle brodée. Voici ses conseils :

Pour ce faire, je choisis un fil visible, à l’aspect variable et au coloris bien contrasté. Et je m’évertue à remplir le plus possible le trou de la perle.

Avoir près de soi, un paquet d’aiguilles en assortiment de tailles présente l’avantage de pouvoir tâtonner jusqu’à trouver l’aiguille la mieux adaptée à la perle. Et la plus adaptée est la plus grosse et non la plus fine.

Les aiguilles à embellissement : Comment définir cette aiguille indispensable? Sa caractéristique principale est son chas long et large. Vous la choisirez pointue ou à bout rond suivant le point à réaliser.

Aiguilles Léa Stansal

Les aiguilles à embellissement sont souvent désignées « aiguilles spécial ruban » mais seule la plus grosse de l’assortiment est valable. Vous les trouverez également sous le nom d’aiguilles « pour chenille » ou bien le plus souvent « pour tapisserie » avec la précision « bout rond » ou « avec pointe ».

Les aiguilles longues plus-plus : Elles sont très longues, fines et pointues. Elles sont incontournables pour traverser facilement les couches de molleton rigide mais aussi pour broder les grosses perles.

Le pieu – c’est ainsi que Léa appelle cette très grosse aiguille de type « passe-lacet » – permet de mirlitonner et de travailler sans les abîmer toutes sortes de matières difficiles et nos précieuses fantaisies. Il en existe à bout rond et à bout pointu.

Aiguilles Léa Stansal

Vous pouvez maintenant faire votre choix et placer vos aiguilles dans une belle cousette. Plusieurs modèles PAR ICI et un tuto pour les réaliser PAR LA.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Bestiaire de Léa Stansal : les nouveaux arrivants

Bestiaire, un mot qui désignait un manuscrit au Moyen Âge regroupant des fables et des moralités sur les « bêtes », animaux réels ou imaginaires.

C’est à Nantes que vous pouvez en voir un bel exemple : les spectaculaires et célèbres « Machines de l’Ile » PAR ICI  et son arbre aux hérons.

Ces machines impressionnantes sont situées à la croisée des « mondes inventés » de Jules Verne, de l’univers mécanique de Léonard de Vinci et de l’histoire industrielle de Nantes.

Bestiaire Léa Stansal

Ce bestiaire de machines est venu terminer notre voyage à Nantes et le salon Pour l’Amour du fil VOIR ICI, où un autre bestiaire, celui du monde de Léa était à l’honneur sur le stand de la boutiqueleastansal.com.

De nombreux petits nouveaux étaient à découvrir ou à redécouvrir. En effet, ils sont présents au fil des pages des différents livres de Léa Stansal.

Maintenant, ils vous attendent dans la boutique pour vous permettre aussi d’inventer vos propres histoires.

Voici les premiers, Gaspard le renard et son fils : PAR ICI

Regardez-le courir les bois et la campagne.

Bestiaire Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, le lac des cygnes PAR ICI :

« II glisse sur le bassin, comme un traîneau blanc, de nuage en nuage. » (Jules RENARD « Le cygne », Histoires naturelles).

Bestiaire Léa Stansal Bestiaire Léa Stansal

Ou bien encore, un petit faon qui aime les fraises PAR LA.

Il gambade curieux de tout et il se régale de fraises de bois.

Bestiaire Léa Stansal Bestiaire Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps se couvre et …il pleut, il pleut bergère … PAR LA :

Rentre vite tes blancs moutons, voici venir l’orage …

Bestiaire Léa Stansal Bestiaire Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un voilà un que ce temps pluvieux ravi : un joyeux escargot baveux qui pousse la chansonnette PAR LA :

Monsieur l’escargot s’endort
Quand il fait beau dehors
Mais si un nuage passe
Un nuage qui fait la pluie
Petit escargot
Sort une corne d’abord
Puis une autre encore
.

Bestiaire Léa Stansal Bestiaire Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour fixer les animaux et petits objets sur vos ouvrages, c’est très simple ! Nous vous en avions parlé  PAR ICI !

Pas besoin de colle, ni de clou pour les perforer !! Il suffit de les entourer avec une matière ou un poilu-velu. Puis, faites quelques points serrés pour les attacher. Et le tour est joué !

Pour terminer, entourez votre animal de quelques matières fantaisies au point tournicoton. VOIR ICI : un peu d’herbe ou de mousse, ou bien encore d’écume.

Bestière Léa Stansal Bestiaire Léa Stansal Bestiaire Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

Bestiaire Léa StansalBestiaire Léa StansalBestiaire Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

Vite, vite … N’oubliez pas que les frais de port sont gratuits pour toute commande sur la boutiqueleastansal.com jusqu’à ce dimanche 29 avril 2018 minuit !!

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Salon Pour l’Amour du Fil Nantes du 24 au 28 avril

Le salon « Pour l’amour du fil » va ouvrir ses portes dans quelques jours à Nantes. Nous sommes donc en plein préparatif et en ordre de bataille !

Toute l’équipe concentre ses efforts, c’est « la dernière ligne droite ».

Salon Pour l'amour du fil Léa Stansal

Nous vous avons préparé de nombreuses nouveautés, de nouvelles teintures et des surprises.

Rendez-vous sur le salon : stand D08 du 24 au 28 avril. Tout le bestiaire VOIR ICI de Léa Stansal sera là et plein de petits nouveaux !

Pour apprendre à broder les animaux, deux ateliers vous sont proposés dans le cadre du salon PAR LA.

A noter la soirée spéciale ouverture le mardi 24 avril de 18h à 21h.

Salon Pour l'amour du fil Léa Stansal

Une invitation à entrer dans le monde de Léa :

… J’observe la mare, couverte par endroits d’un dense tapis de lentilles d’eau. De temps à autre, quelques bulles légères affleurent à la surface puis viennent y crever en un soupir de satisfaction. La rencontre de l’humidité et du soleil a formé une buée qui rend le paysage un peu flou ; aussi me faut-il un moment pour comprendre que ce que je vois n’est pas un parterre de petites feuilles rondes mais tout autre chose…

…/…

Souvent, un petit merle moqueur s’installait dans la gorge de mon père lorsque je lui parlais de certaines choses. Je détestais le ton qu’il prenait alors et le sourire qui l’accompagnait. Comment le convaincre ? J’insistai : « Mais non, papa, je vous affirme que ce n’était pas un rêve… » Il m’interrompit : « Petite fille, aujourd’hui  je découvre quelques points que nous avons en commun… Tu es un peu comme moi, tu aimes broder. — Broder ? — Je veux dire par là que tu aimes enjoliver les récits, raconter des histoires… Je pensais que tu étais davantage comme ta mère, bien en prise avec le réel. »

Vaillante, j’ai continué : « Mais ce n’était pas un rêve ! La grenouille était coiffée d’un bonnet à pompons multicolores, elle a fourré ses pattes avant dans les poches de son tablier et elle a dit… Euh… Elle a dit… ».

Extrait du livre de Léa Stansal : LA BRODERIE D’EMBELLISSEMENT ou l’histoire fragmentée du photographe de PichtchiPoï PAR ICI.

Bonne nouvelle pour ceux et celles qui ne pourront pas venir au salon, la boutiqueleastansal.com reste ouverte et les frais de port vous seront offerts durant la semaine du 23 au 29 avril inclus.

Cependant les envois ne pourront être faits que la première semaine du mois de mai.

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Tissus vintage : le péché mignon de Léa Stansal

Les tissus vintage ont le vent en poupe aujourd’hui. Et de nombreux créateurs reprennent les motifs et les couleurs d’autrefois.

Ils nous recueillent au moment de notre venue au monde, puis nous enveloppent pour notre départ. Les tissus nous accompagnent tout au long de notre vie. Je les aime passionnément… Et vous ?

Depuis de nombreuses années, Léa Stansal collectionne les tissus des années 50 à 70. Elle les chine dans les brocantes. Car, elle les aime pour leurs coloris uniques, pour la qualité de leur fabrication. Et plus particulièrement, elle adore ceux marqués par le temps (usure, couleurs passées…) qui lui racontent leur histoire.

Ainsi, dans la boutiqueleastansal.com, vous trouverez PAR ICI de nombreux coupons de tissus vintage choisis par Léa dans sa collection personnelle.

Connaissez-vous le satin molletonné ?

Je vous donne un premier indice : il était utilisé pour la confection des chemises de nuit et des pyjamas.

Tissus vintage Léa Stansal Tissus vintage Léa Stansal

Besoin d’un deuxième indice ? Sur l’endroit, ce tissu est brillant et lisse et sur l’envers il a l’aspect du coton gratté.

Il est réalisé avec des fibres naturelles différentes : viscose et coton. Il est  chaud pour l’hiver et frais pour été. Le tissu idéal !

Mais quel dommage, on ne le trouve plus aujourd’hui que dans les brocantes…

Le kit range-aiguilles « Hirondelles de Lunéville » VOIR ICI vous a plu ? Nous vous proposons le kit « Boîte aux 3 hirondelles ». Son couvercle est réalisé avec du satin molletonné sorti tout droit de la collection des tissus vintage de Léa.

Tissus vintage Léa Stansal

Enfin, nous vous le proposons en deux couleurs : bleu PAR ICI et rose PAR LA.

Tissus vintage Léa Stansal

Pour terminer, retrouvez ce kit et tous nos produits au salon International des Arts du Fil – POUR L’AMOUR DU FIL à Nantes – STAND D08 – du 25 au 28 avril 2018.

Soirée spéciale ouverture le mardi 24 avril de 18h à 21h.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

 

 

Prairie-points sur porte-monnaie

Prairie-points ? Non, je ne vais pas vous conter aujourd’hui l’histoire de la petite maison dans la prairie !

Pour celles et ceux qui ne font pas de patchwork, ce sont des carrés de tissus que l’on transforme par pliage en triangles. Cette technique qui nous vient des Etats-Unis sert à agrémenter notamment le pourtour d’un patch ou d’un ouvrage.

Prairie-points Lé Stansal

 

Il existe deux méthodes pour réaliser les prairie-points.

La première consiste à découper plusieurs carrés de tissus, tous de la même taille. Puis de plier chaque carré en triangle. Et enfin de les coudre les uns après les autres en les emboîtant plus ou moins pour réaliser une bordure plus ou moins dense.

Prairie-points Léa Stansal

 Prairie-points Léa Stansal

Nous vous en avions déjà expliqué le principe VOIR ICI

Prairie-points Léa Stansal

La deuxième méthode est basée sur la réalisation d’une bande de tissu sur lequel on trace des carrés en quinconce. Découpez et pliez suivant le schéma ci-après. Vous pouvez plier vos carrés de différentes façons, comme dans la méthode précédente, en fonction de l’effet recherché. Vous avez aussi la possibilité de la réaliser avec deux tissus différents.

Prairie-points Léa Stansal

Prairie-points Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vous proposons de poser cette frise autour d’un porte-monnaie en utilisant trois coloris différents.

Un  kit « Porte-monnaie avec Bec rouge » PAR ICI est à votre disposition. Il comprend notamment un beau fermoir avec deux grosses boules blanches, du tissu Plumetis coloris bleu teint par Léa Stansal et un grand Charm « Bec rouge ».

L »Oiseau Bec rouge » est aussi vendu à l’unité ICI et le kit « Bec rouge sous la ramée » ICI (coloris bleu) et ICI (coloris vert).

Et pourquoi pas poser ce fagot feuillu sur le porte-monnaie !

Zonzon vous donne rendez-vous au salon POUR L’AMOUR DU FIL à Nantes pour broder un « Bec-rouge sous la ramée » (jeudi de 16 à 17 heures) ou une « Broche escargot » (mercredi 16 heures 30 à 17 heures 30). INSCRIPTION PAR ICI.

Et retrouvons-nous aussi sur le STAND D08.

Le printemps est là !

Bon dimanche.