Suivre LéaStansal

Recevoir une notification a chaque nouvel article sur le site

Thanks for subscribing!

Bibliothèque
Conseils
Translation

Archives

Carnets

Gazes brodées pour un carnet des années 50

Gazes brodées de mille couleurs pour un message d’amitié ou d’amour.

gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal

Les premières cartes brodées font leur apparition au tout début du XXe siècle lors de l’Exposition Universelle de 1900. Pendant la première et la seconde guerre, elles étaient très utilisées pour la correspondance entre les combattants et leur famille ou leurs amis.

Ces cartes postales étaient brodées à la main au point passé empiétant et passe plat sur une fine gaze très légère. Cette broderie était tenue entre deux cartons aux bords droits ou dentelés ; l’un découpé au milieu qui servait d’encadrement et l’autre entier qui servait de verso à la carte pour recevoir la correspondance.

La multitude de modèles différents témoigne du savoir faire de ces brodeuses confectionnant ces cartes, le plus souvent à domicile pour arrondir leurs fins de mois.

Un kit a été préparé pour vous VOIR ICI. Dans votre sachet, vous trouverez deux broderies anciennes au fil de soie. Ces gazes brodées seront peut-être différentes de celles photographiées. Vous aurez la surprise de découvrir celles qui vous sont réservées. Mais elles sont toutes ravissantes et faites main.

gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal

LE PAS A PAS :

En premier lieu, tracez sur le molleton rigide deux rectangles de 9,5 cm de large x 15 cm et une bande de 2 cm x 15 cm. Découpez, puis encollez les trois rectangles avec de la colle repositionnable et positionnez-les sur l’envers du tissu rayé. Ensuite, rabattez le tissu sur les quatre côtés. Réservez.

Reportez-vous à un article précédent sur le montage d’un carnet VOIR ICI.

Effilochez la toile à matelas jusqu’à obtenir une taille plus petite d’un centimètre que les mesures du molleton rigide du carnet. Ainsi le tissu de doublure apparaîtra.

Puis, encollez-la sur la toile à beurre empesée avec de la colle repositionnable.

Indiquez l’emplacement du dos du carnet (d’une largeur de deux centimètres) au crayon effaçable.

Encollez les deux gazes brodées anciennes et déposez-les en vis-à-vis.

Ensuite, enfilez un brin de fil à broder Givré fin dans une aiguille à broder. Fixez les broderies en suivant la ligne blanche marquant leur contour avec de petits points lancés puis faire des points d’arête.

gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal

Conseil de Léa :

Travaillez avec de courtes aiguillées car ce fil se détricote facilement.

Choisissez une aiguille à perles, enfilez un brin de Laïna coloris vert foncé, pliez et nouez. Le fil ainsi doublé remplira mieux le trou de la perle et sera plus visible.

Posez les petites perles de rocaille coloris blanc à l’extrémité de chaque point. Il est plus facile de sortir l’aiguille dans le tissu et de piquer dans le fil. Les perles sont posées une par une, parfois par deux.

Pour terminer, couvrir la partie extérieure de la gaze brodée appliquée avec un point chaînette réalisé avec un ruban à broder Chiffon coloris vert clair. Puis brodez dans chaque point une petite perle de rocaille.

A l’emplacement du dos, faites deux rangées de points chaînette réalisées avec le ruban à broder Chiffon. Puis brodez dans chaque point une perle. Au milieu de ces deux rangées, posez de grosses perles de rocaille coloris blanc.

gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal

Montage :

Coupez le surplus de toile à beurre. Encollez et posez la toile à matelas sur la face du carnet non encore recouvert de tissu.

Pour finir, brodez de l’herbe VOIR ICI sous le bord de la toile à matelas avec le Poilu velu au point de Tournicoton.

Faites quelques points avec le fil à broder Laïna transperçant l’ensemble des épaisseurs formant le carnet afin de les fixer.

gazes brodées carnet printemps 50 Léa Stansal

Enfin, formez et découpez des pages dans la toile à beurre qui seront glissées dans le carnet. Vous pourrez les remplir selon vos inspirations et votre créativité.

A vos aiguilles.

Bon dimanche. 

Fagot de branchages, plus vrais que nature

Le froid s’installe, l’hiver approche.

Être assis sans penser, sans désir, sans mémoire,

Et, seul, sur mes chenets, m’éclairant aux tisons,

Ecouter le vent battre, et gémir les cloisons,

Et le fagot flamber, et chanter ma bouilloire !

(Sainte-Beuve).

Dans cette ambiance feutrée, nous vous proposons de réaliser un fagot de branchages, tout en volume et plus vrai que nature.

Vous avez besoin de fil de fer souple, de divers tissus aux couleurs végétales, d’une mèche de Laïna, d’un poilu-velu et de quelques perles. C’est tout ? oui c’est tout !

Un kit vous attend ICI qui vous permettra de faire un fagot de six branches.

Puis, pourquoi pas les déposer sur un petit carnet à la couverture en toile à matelas teinte voir ICI ? Regardez, le résultat est spectaculaire !

Pour réaliser le carnet, reportez vous au tuto ICI.

Fagot Léa Stansal

Fagot Léa Stansal

LE PAS A PAS :

En premier lieu, préparez des bandes de différents tissus de 2 cm de large et des morceaux de fil de fer de 20 cm de long.

Repliez le fil de fer aux deux extrémités avec le doigt. Repliez la bande de tissu. Maintenir avec une épingle. Puis, entourez le fil avec le tissu. Posez une épingle à l’autre extrémité après avoir replié le tissu. Pour terminer, brodez des petits points avant et arrière avec une aiguillée de fil à broder Laïna pour fixer le tissu.

Ensuite attachez la mèche de poilu-velu sur le fil en faisant un nœud. Entourez et nouez. Faites quelques nœuds irréguliers le long de votre branche.

Enfin, avec votre aiguillée de Laïna, posez quelques perles en grappes.

C’est fini ! Fagot Léa Stansal Fagot Léa Stansal Fagot Léa Stansal

Voilà, une, deux, trois …. puis six petites branches et votre fagot se constitue.

Prochainement, nous vous montrerons d’autres usages pour ces beaux branchages.  A suivre ….

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

 

 

Carnet textile : comment faire ?

Carnet textile pour broder nos pensées intimes, accrocher nos souvenirs rapiécés, compiler nos idées farfelues.

Léa Stansal a créé de nombreux carnets de tissus à la manière des scrapbooks et les a rassemblés dans un livre « Carnets cousus et mots brodés », malheureusement épuisé !

Il existe plusieurs façons de monter un carnet textile. Nous vous expliquerons aujourd’hui la méthode la plus simple et la plus rapide, à la portée de tous.

En premier lieu, choisissez le thème de votre carnet et sa taille.

Conseil de Léa :

Lorsque vous aurez trouvé votre tissu « coup de cœur », la réalisation de la couverture deviendra une évidence.

Le matériel :

Vous aurez donc besoin d’une image et d’un tissu de fond qui constitueront la couverture, de molleton rigide, d’un tissu pour la doublure et enfin d’un poilu-velu, de fil à broder Laïna et de quelques perles.

Nous avons choisi le tissu « Autour du monde » ICI pour la couverture et de la Toile à matelas teinte par Léa Stansal pour la doublure et des perles Fluo ICI.

Choisissez parmi les nombreux et nouveaux sachets « starters » proposés ICI. Ce sera le point départ de votre carnet.

On commence toujours par choisir et tracer la taille de son carnet sur le tissu extérieur et par broder l’image choisie. Cette phase préliminaire est très importante.

Le montage du carnet :

En premier lieu, tracez le patron de votre carnet sur une plaque de molleton rigide ICI, et découpez-le.

Puis, vaporisez de la colle repositionnable sur les rectangles de molleton rigide (sur une seule face) puis placez-les sur l’envers du tissu choisi pour la doublure du carnet. Le moins large des rectangles au milieu, les deux autres placés de part et d’autre, espacés de quelques millimètres. Découpez le tissu au ras du molleton rigide.

carnet textile Léa Stansal carnet textile Léa Stansal

carnet textile Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

Encollez l’envers du tissu pour la couverture avec de la colle repositionnable, ici le tissu « Autour du monde » et posez au centre de celui-ci l’ensemble constituant l’intérieur du carnet. Pliez et rabattez les quatre côtés. Faites au préalable un petit pli vers l’intérieur pour obtenir un angle esthétique.

Conseil de Léa :

Je prends soin d’effilocher mon tissu. Vous savez bien que je ne peux pas m’en empêcher !  Mais vous pouvez aussi faire un ourlet conventionnel.

carnet textile Léa Stansal carnet textile Léa Stansal carnet textile Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

Avec une aiguille longue plus-plus ICI et un fil à broder Laïna ICI pris en double, faites un point avant au niveau des deux espaces laissés libres entre les molletons rigides, afin de bien marquer la reliure du carnet.

Toujours avec la même aiguille longue, fixez les ourlets à points glissés. Vous pouvez également traverser toutes les épaisseurs du carnet de quelques points.

carnet textile Léa Stansal carnet textile Léa Stansal carnet textile Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

carnet textile Léa Stansal carnet textile Léa Stansal carnet textile Léa Stansal

 

 

 

 

 

 

 

Entourez le centre de votre carnet avec trois tours de Poilu velu. Faites un nœud en bas et coupez en laissant dépasser deux centimètres de Poilu-velu. Fixez en réalisant quelques petits points toujours avec votre aiguillée de Laïna. Terminez en ajoutant quelques perles Fluo de différentes tailles. Posez-les façon « groseilles » VOIR ICI.

Simple et rapide ? non

Quelques exemples :

Le carnet « Rosalie » (starter Rosalie ICI).

carnet textile Léa Stansal

Le carnet « Sur ses pas » (Le Kit est ICI et ICI – le pas à pas ICI).

carnet textile Léa Stansal

A votre tour…

Bon dimanche.

 

MAÏDALEH couturière

Vous vous souvenez de Maïdaleh ? Je parle d’elle dans « la trousse à couture » sans  montrer son visage.  On  découvre son apparence dans le livre qui suit : « Poches pochettes » ; j’y raconte aussi  son histoire. Une histoire comme celle de chacun d’entre nous,  mélange de souffrances et de joies composé avec des proportions  variables  suivant les personnes, des proportions injustes.  Maïdaleh fait également une apparition dans « Carnets cousus ».Ici concentrée sur son travail de couturière.

Et voici le carnet qui correspond. Déjà publié . Numéro 124.

Chamomilla et les vélo rouges

Chamomilla présente deux carnets avec les vélos rouges.

[imagebrowser id=7]

retouver ces carnets dans l’échoppe.

Colche chasse le cerf rouge

Colche-les-Clochettes se met en trois pour chasser le cerf rouge

[slideshow id=6]

Retrouvez ce carnet numéro 122 dans l’échoppe !

Carnet numéro cent quarante deux


Ce carnet est le mien …

La question est : Faut-il beaucoup s’aimer pour oser imprimer sa « bobine » sur de la soie, la rebroder puis en orner un carnet ?

La réponse est : absolument pas ! …  Nous sommes  mauvais juges de notre image, les seuls qui savent sont ceux qui nous aiment. Un point c’est tout …


Il est permis d’ouvrir


Vous voilà sur la page de garde

Juste un coup de tampon pour l’ex-libris. Certes l’encre est  indélébile, mais ce n’est pas une raison pour oublier de rebroder le numéro


Ici on peut tourner les pages …

Sans entendre une voix qui vous assène qu’il est interdit de toucher !


C’est la page du milieu


Oui, celui-ci c’est le mien ! …


Et pourquoi pas ? …


Osez, osez réaliser le vôtre

Lorsqu’il est fait… Interdiction d’en dire du mal

(il pourrait se vexer)

Tirez lui gentiment le portrait et postez la photo …


LéA