Suivre LéaStansal

Recevoir une notification a chaque nouvel article sur le site

Thanks for subscribing!

Léa Stansal
Bibliothèque
Conseils
Translation

Archives

La broderie d’embellissement, ses origines, son histoire

La broderie, toute une histoire …

Il faut sans doute remonter à l’âge de pierre pour rencontrer les premières broderies. Elles n’avaient rien de commun avec celles d’aujourd’hui, mais déjà à cette époque, elles étaient une fonction d’embellissement et représentaient une richesse personnelle ou un signe extérieur du statut social. Perles d’ivoire, fragments d’os, cheveux, cuirs colorés ou blanchis, pièces de fourrure, de nombreux éléments pouvaient y être ajoutés.

La richesse des motifs et des matériaux évoluera au cours des millénaires. Toutes ces découvertes successives ont permis aux broderies de s’embellir et de s’enrichir.

Cependant, il faudra attendre les XVe et XVIIe siècles pour connaître l’apogée de la broderie. Tout se prête alors à la broderie : les vêtements tant féminins que masculins, les tissus d’ameublement, et également les meubles, le moindre bibelot, les livres, la livrée des domestiques, l’harnachement des chevaux, les carrosses… Rien n’est oublié.

D’une extrême finesse, la broderie est de soie, d’or ou d’argent, au petit-point, en peinture à l’aiguille ou en couchure.

broderie broderie

En Angleterre, la broderie en relief ou stumpwork était particulièrement appréciée. Les points recouvrent un rembourrage constitué de points, de gros fils, d’étoupe, de carton ou même de cuir.

Certains costumes anciens présentent en outre des broderies effectuées sur du tissu encollé. Ce type de broderie était déjà mis en œuvre dans l’antiquité romaine. L’épaisseur des zones brodées pouvait mesurer jusqu’à 1,5 cm.

La fore, décors de type rocaille, figures symboliques étaient exécutés avec des métaux précieux et de la soie, le tout rehaussé de paillettes et de cannetille. Les personnages étaient habillés de tout petits vêtements plissés et drapés, embellis de cravates de dentelle, rubans et autres articles de passementerie à l’aide de points de feston et brodés avec des fils d’épaisseur variés, petites perles, fil de métal et paillettes. Les visages et les mains étaient souvent réalisés en bois ou en porcelaine et recouverts de fils ou de tissu. Guirlandes de fleurs et de fruits s’épanouissaient sur leurs branches de fils de fer recouverts de soie de couleur.

Ce petit monde en miniature, copié sans souci des proportions avait un attrait irrésistible.

Cet engouement pour la broderie se prolonge jusqu’à la moitié du XVIIIe siècle. Dès lors, les goûts changent. Des tissus brodés arrivent d’Orient et d’Extrême-Orient à des prix très bas. La broderie se démocratise.

Vers 1900, les merciers proposaient à leurs clientes des kits contenant le modèle, les explications et les matériaux, comme les lacets et des fils de soie. Des galons larges devaient être pliés puis appliqués sur le tissu de fond avec un fil fin. Les lacets plus fin étaient enfilés dans des aiguilles à tapisserie pour broder directement l’étoffe. Cette méthode deviendra la broderie au ruban.

broderie ruban broderie ruban

Aujourd’hui, la broderie d’embellissement est le fruit des techniques d’autrefois mais avant les matières d’aujourd’hui. Elle utilise toutes sortes de techniques d’assemblage des tissus, notamment la broderie au fil et au ruban.

Toutes sortes de fils, de rubans, de lacets et de tricotines fabriqués dans des matières nouvelles telles que le nylon, les viscoses, les intissés de polyamides ainsi que les laines à tricoter fantaisie plus ou moins synthétiques sont désormais facilement à disposition et pas seulement le célèbre et très ancien petit lacet ou ruban de soie.

Le monde des jouets offre également une mine d’objets à sortir de leur contexte enfantin pour les intégrer à son ouvrage.

broderie embellissement Léa Stansal

Angèle

Que de trésors à portée de main ! La possibilité de ces ajouts d’objets et d’images est importante, car elle nous ouvre une fenêtre sur l’air du temps et ancre résolument l’ouvrage réalisé dans son époque.

Extrait de l’interview de Paula KKatz-Zalc  page 9 du nouveau livre de Léa Stansal  « La broderie d’embellissement ou l’histoire fragmentée du photographe de Pitchipoï » :

Pour le pré-commander, c’est ICI pour une livraison fin avril 2017.

Son prix 42,50 € – Sa parution : 2ème quinzaine d’avril – Editeur : LMDL.

Reportez-vous aux extraits précédents : ICI, ICI, ICI et ICI.

Bon dimanche.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

4 réponses à to “La broderie d’embellissement, ses origines, son histoire”

Laisser un commentaire