Suivre LéaStansal

Pour recevoir une notification lors de la parution de nos derniers articles

Thanks for subscribing!

Translation

Archives

Archives d’un auteur

Je veux découvrir la broderie d’embellissement !

Vous avez une énorme envie de vous lancer dans la broderie d’embellissement ? C’est très simple !

Les livres :

Avez-vous feuilleté l’un des livres de Léa Stansal ? Dans « La broderie d’embellissement ou l’histoire fragmentée du photographe de Pitchipoï » VOIR ICI, Léa y dévoile tous les secrets de la broderie d’embellissement. Au travers de 16 modèles expliqués dans un carnet pratique, vous pourrez vous lancer facilement.

Les frais de port sont gratuits alors pourquoi hésiter !

broderie d'embellissement Léa Stansal

Les kits :

Dans un second temps, vous pouvez acheter l’un des nombreux KITS COMPLETS. Plus de 75 kits différents vous sont proposés dans la boutiqueleastansal.com ICI.

Un pas à pas en images téléchargeable gratuitement en ligne vous guidera utilement.

Pour mieux vous imprégner des techniques de la broderie d’embellissement, vous trouverez également de nombreux conseils et astuces en suivant nos articles du dimanche. Et pour ne rien rater, pensez à vous abonner à notre newsletter.

Le Club des brodeuses :

Vous avez acheté un kit, un starter ou un assortiment de matières sur notre site ? Et vous n’osez pas commencer ? Ou, vous êtes une brodeuse débutante et vous rêvez d’apprendre la broderie d’embellissement, mais vous n’osez pas vous lancer ?

broderie d'embellissement Zonzon

Venez-nous rejoindre au Club ! On se retrouvera entre brodeuses en toute convivialité sous la bienveillance et la compétence de Zonzon. Possibilité de venir une ou plusieurs fois.

Il se réunit le samedi au 27 bis avenue du Parc à JOINVILLE LE PONT dans l’atelier de Léa Stansal VOIR ICI.

Adressez un mail : blogazonzon@hotmail.fr pour recevoir une fiche d’inscription.

Prendre un cours avec Léa Stansal :

Inutile d’être une brodeuse experte car il s’agit de développer sa créativité !

broderie d'embellissement Léa Stansal

Adressez à Léa votre candidature par mail à l’adresse suivante : leastansal@gmail.com. Présentez-vous et décrivez vos attentes et vos envies.

Petit mot de Léa  :

Vous êtes nombreuses à vous désoler de n’avoir pas reçu le planning de la nouvelle saison de cours car il semble bien qu’un petit (mais costaud) bug ait frappé ma boîte mail aussi ne vous inquiétez pas de mon silence et réécrivez.

Grâce à la broderie d’embellissement, vous constaterez qu’une porte va s’ouvrir vers un art que vous avez pu penser inaccessible et qui va très vite vous ouvrir un univers de créativité et de joie de vivre.

Alors, préparez vos aiguilles !

Bon dimanche.

Je m’inscris au Club des brodeuses à la rentrée.

Vous souhaitez découvrir ou approfondir les techniques de la broderie d’embellissement. Venez nous rejoindre au Club des brodeuses de Léa Stansal et cela dès le mois de septembre !

Nous nous réunissons le samedi dans l’atelier de Léa situé 27 bis avenue du Parc à Joinville-Le-Pont aux portes de PARIS, depuis plus de trois ans.

Nous broderons ensemble dans une ambiance décontractée et joyeuse sans oublier d’être constructive et créative VOIR ICI. Vous serez surprise de constater – et cela dès le premier cours – que vous ne verrez plus la broderie de la même façon. Oui, on peut se libérer de la broderie traditionnelle, peut-être trop rigoureuse à votre goût. En lâchant prise, vous vous surprendrez ! Je vous le garantis…

A l’exemple de Rita qui a réalisé en un tour de main une belle pochette assortie aux couleurs de sa robe.

Club des brodeuses Zonzon

ou de Sonia qui a craqué – qui l’aurait cru il y a encore quelques semaines ? – pour des chaussures très « tendance ».

Club des brodeuses Zonzon

Mais concrètement, que fait-on au club ?

En premier lieu, vous avez acheté un kit, un starter ou un assortiment de matières sur le site boutiqueleastansal.com et vous n’osez pas commencer ? Ou, vous êtes une brodeuse débutante et vous rêvez d’apprendre la broderie d’embellissement, mais vous n’osez pas vous lancer ?

A l’exemple de Catherine ou d’Hélène, qui souhaitaient percer les secrets des œillets au ruban de Léa Stansal…

Club des brodeuses Zonzon

et du point d’arête non conventionnel …

Club des brodeuses Zonzon

Ou, vous êtes fan du Monde de Léa ? Ou bien encore, vous êtes à la recherche d’un espace sympa pour échanger et parler broderie d’embellissement avec d’autres brodeuses et passer un très bon moment ?

Alors, le club est fait pour vous !

Qui est l’animatrice ?

Venez donc le samedi broder avec nous. J’en suis l’animatrice. On m’appelle Zonzon.

Pour celles qui ne me connaissent pas encore, j’ai été formée par Léa Stansal et c’est moi qui vous écris tous les dimanches un article sur ce blog.

Où se réunit le club ?

Je vous attends avec plaisir le samedi à l’atelier de Léa Stansal à Joinville le Pont (Val de Marne) pour vous faire découvrir une approche du travail textile qui vous permettra d’avancer plus vite en créativité, dans la bonne humeur et la convivialité !

Pour venir nous retrouver par les transports en commun : station Joinville-le-Pont (RER A à 25 minutes environ de Châtelet-Les-Halles), puis 13 minutes à pied. Voici le plan ICI.

Comment on s’inscrit ?

C’est très simple. Adressez-moi un mail. Voici mon adresse : blogazonzon@hotmail.fr.

En retour vous recevrez une fiche d’inscription. Les horaires : de 10 heures 30 à 17 heures.

Tarif : 40 € la journée. Aucune obligation, vous pouvez librement réserver pour un ou plusieurs samedi. Ne tardez pas : les places sont limitées !

Les prochaines dates :

Samedi 31 août – Samedi 14 septembre – Samedi 21 septembre – Samedi 9 novembre – Samedi 16 novembre – Samedi 14 décembre.

Je vous attends et je reste à votre écoute. N’hésitez pas à me faire part de vos souhaits et de vos envies.

Restez donc à l’écoute de ce blog pour vous permettre de suivre l’actualité du club des brodeuses de Léa Stansal.

A très bientôt.

Bon dimanche. Zonzon

Groseilles et muscaris se sont donné rendez-vous !

Groseilles et muscaris : mais comment ces deux là se sont-ils rencontrés ? Car tout les sépare !

Les groseilles sont des baies gourmandes venues des pays du nord de l’Europe qui se dégustent en été. Les muscaris sont des fleurs originaires de Turquie qui fleurissent au printemps.

Comme le soleil a parfois rendez-vous avec la lune, les groseilles ont retrouvé pour notre plus grand plaisir les muscaris sur un cadre textile.

Cadre groseilles et muscaris Léa Stansal

Ces deux modèles ont beaucoup de succès dans nos jardins mais aussi dans nos broderies ! Léa Stansal a brodé les premiers dans son livre « Le Monde de Léa » ICI. Mais, vous pouvez aussi les retrouver dans son dernier livre « LA BRODERIE D’EMBELLISSEMENT ou l’histoire fragmentée du photographe de PichtchiPoï » PAR ICI.

Vous êtes nombreuses à avoir choisi de réaliser l’étoile de juin embellie de ces belles baies rouges PAR ICI – TUTO ICI. 

Etoile de juin Léa Stansal

 mais aussi à avoir brodé les grappes serrées des muscaris avec de la tricotine coloris bleu PAR LATUTO ICI.

Muscaris Léa Stansal

Nous vous proposons aujourd’hui de les appliquer sur un cadre. C’est un nouveau kit complet : Cadre groseilles et muscaris VOIR ICI.

Voici le montage du cadre en images :

En premier lieu, enroulez autour d’un branchage perlé le poilu-velu de coloris vert, imitant la mousse. Réservez.

Découpez le molleton rigide en suivant le dessin du patron pour réaliser deux ovales identiques.

Habillez l’un d’eux avec une bande de velours de soie, puis fixez le tissu sur le molleton par quelques points.

Ensuite, placez et fixez également le branchage, les pompons de laine et les grappes de groseilles autour du cadre en velours.

Dans un second temps, habillez le deuxième cadre ovale en molleton rigide avec plusieurs bandes de tissu patchwork de coloris assortis.

Pour terminer, superposez les deux cadres et ajoutez les muscaris. Vous pouvez maintenant glisser entre eux une ancienne photographie de famille par exemple.

Voilà un ouvrage vite réalisé et qui fera le bonheur de vos proches et de vos amies.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Comment sont réalisés les tissus Haute Couture ?

La production des tissus Haute Couture suppose une grande connaissance des matières premières et des techniques de tissage et de fabrication.

Les matières premières vous les connaissez. Oui, oui vous les connaissez ! Regardez bien l’envers et vous reconnaîtrez le ruban Chiffon, ou Dahlia, la fantaisie Hortensia, le ruban Tulle ou bien encore la tricotine Suave !

Tissus Haute Couture Léa Stansal
Tissus Haute Couture Léa Stansal

Ces tweed, jacquard et autres créations inspirent les plus grands créateurs du monde de la Haute Couture.

Et les matières de grande qualité qui les composent sont mises en pelotes ou en écheveaux dans notre atelier. Puis elles sont teintes artisanalement par Léa Stansal. Elles vous sont ensuite proposées dans la boutiqueleastansal.com.

Tissus Haute Couture Léa Stansal

Avec un coupon de tissu de Haute Couture VOIR ICI, nous vous conseillons de réaliser un sac simple composé de deux rectangles : le « Tote bag ». Retrouvez le tuto ICI.

Vous pouvez aussi réaliser un sac plus créatif composé d’un assemblage de coupons de tissus de matières différentes façon « crasy ».

Dans ce cas, prenez un coupon de toile à beurre de la taille choisie pour votre sac multipliée par deux. Tracez l’emplacement de la pliure puis placez vos tissus en les encollant au préalable avec de la colle en bombe repositionnable.

Tissus Haute Couture Léa Stansal

Il ne vous reste plus qu’à fixer le tout avec de petits points avant d’ajouter deux anses en tissu.

Sur Instagram ICI, découvrez les nombreuses créations des élèves de Léa Stansal.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

« Tote bag » ou sac shopping branché, comment faire ?

On l’emmène à la plage ou au bureau, il est partout, on peut en avoir plusieurs et il est devenu indispensable : c’est, c’est… le « tote bag ».

Le mot vient de l’anglais « to tote », qui signifie « trimbaler » car c’est en Angleterre qu’il est né, of course !

En effet, les postiers britanniques utilisaient de tels sacs, plus légers que les sacoches en cuir, pour livrer le courrier. Puis, Jane Birkin popularisa l’idée que n’importe quoi pouvait servir de sac, ouvrant ainsi la voie au « tote bag ». L’ancien sac en toile est désormais un accessoire de mode. Et depuis les années 2010, il est branché de le personnaliser !

Aussi nous vous proposons de réaliser votre propre « tote bag » so chic avec un tissu haute couture !

"tote bag" Léa Stansal

Ce sont des coupons de tissu tissés artisanalement pour les maisons de haute couture. Leur qualité est exceptionnelle. Et ils sont aussi beaux à l’envers qu’à l’endroit !

"tote bag" Léa Stansal

Si vous aussi, vous souhaitez réaliser ce sac, rien de plus simple : un Kit Starter vous attend ICI.

TUTO POUR REALISER UN TOTE BAG SO CHIC :

Conseil préliminaire :

Le tissu Haute Couture étant le résultat d’un tissage de nombreuses matières – dont vous pourrez reconnaître de nombreux fils et rubans que Léa Stansal utilise pour la broderie d’embellissement – et qui contiennent  notamment de l’élasthanne et il est donc nécessaire de l’encoller sur un coupon de toile à beurre.

Le montage de votre sac :

En premier lieu, faites un ourlet tout autour du coupon de tissu Haute Couture PAR ICI et d’un coupon de toile à matelas PAR LA et cela afin d’obtenir deux rectangles de 34 cm de large sur 44 cm de haut environ – la taille de votre sac terminé.

Placez les deux coupons envers contre envers. Puis faites des points de surjet avec un brin de mouliné coloris rose – en double pour plus de solidité – pour former les trois côtés de votre sac. Enfin, embellissez les coutures en réalisant des points de tournicoton avec la mèche de Poilu-velu.

Les anses de votre cabas :

Découpez dans le tissu patch de votre choix deux bandes de 8 cm de large sur 40 cm de long. Ajoutez une bande de molleton souple. Marquez un ourlet d’un centième. Puis pliez chaque bande en deux dans la longueur et faites des petits points transperçant toutes les épaisseurs. Ensuite nouez et fixez ces deux anses sur votre sac.

Pour terminer vous pouvez bien sûr l’embellir de broderies, de perles et d’objets en plastique… à vous de jouer pour rendre votre « tote bag » unique.

Pourquoi pas des perles enfantines PAR ICI.

"tote bag" Léa Stansal

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Le fil de soie, c’est une longue histoire !

Savez-vous que l’on fabrique le fil de soie depuis plus de 6000 ans !

Selon la légende, la soie a été découverte 2640 av. J.-C. par Leizu, la jeune femme de « HuangDi », l’Empereur jaune.

On raconte qu’elle buvait un thé sous un mûrier dans le jardin du palais impérial lorsqu’un cocon tomba de l’arbre dans son thé chaud. Voulant l’extraire de sa boisson, la jeune épouse fut surprise de voir le cocon se dérouler autour de son doigt en un long fil délicat et doux.

Emerveillée par la beauté et la résistance de ce fil de soie, Leizu fit tisser des milliers de cocons pour réaliser une robe pour l’Empereur. Puis, observant patiemment la vie du bombyx du mûrier, elle commença à étudier l’art de son élevage.

La Chine fut ainsi la première à tisser de la soie. C’est pour cela que Leizu porte le nom de « Mère du ver à soie » ou de « déesse de la soie ».

Mais, depuis 2000 ans, les Chinois gardaient le secret de la fabrication de la soie et ce secret fut l’un des plus jalousement gardé de l’histoire. Ainsi, toute personne trouvée en possession d’œufs de vers à soie de contrebande, de cocons ou de graines de mûrier était mise à mort.

Comment est fabriquée la soie ?

La soie naît grâce au travail des papillons et notamment ceux du mûrier ou bombyx. Ils pondent environ 500 œufs au cours de leur vie, qui est de 4 à 6 jours. Après éclosion des œufs, les chenilles se nourrissent de feuilles de mûrier. Elles ont un féroce appétit et leur poids va considérablement augmenter. En effet, après avoir emmagasiné suffisamment d’énergie, les vers sécrètent une gelée blanche et s’en servent pour réaliser un cocon autour d’eux. Après 8 ou 9 jours, les cocons sont plongés dans l’eau très chaude pour assouplir leurs filaments, qui sont ensuite enroulés sur une bobine et filés. Plusieurs filaments sont assemblés pour former un fil de soie.

Comment reconnaitre la soie ?

Un des tests les plus simples pour savoir si l’on a affaire à de la soie pure est de l’approcher d’une flamme. En effet, la soie véritable brûle avec une odeur typique proche de celle des cheveux brûlés, en produisant une fumée blanchâtre et une cendre noire poudreuse. La soie ne brûle que lorsque la flamme est appliquée : quand on retire la flamme, les fils cessent de brûler. Un tissu synthétique va brûler avec une odeur de plastique et couler ou former une boule noire de résidus (pas de cendres), avec de la fumée noire. Il va continuer à brûler même après que la flamme a été retirée.

Je vous propose maintenant un petit quiz. Répondez par OUI ou par NON :

Un kilo de vers à soie mange au cours de sa vie jusqu’à 24 tonnes de feuilles de mûriers ? OUI ou NON

La longueur du fil de soie extrait d’un cocon peut atteindre 1500 à 2000 mètres ? OUI ou NON.

Pour l’extraction d’un 1 kg de soie brute jusqu’à 10 kg de cocon est nécessaire ? OUI ou NON.

Le bombyx peut filer jusqu’à 15 mètres par minute ? OUI ou NON.

Pour réaliser une robe en soie, près de 70 kg de feuilles de mûrier sont nécessaires ? OUI ou NON.

REPONSES : OUI à toutes les questions.

Pour vous permettre de découvrir la beauté des fils de soie, nous vous proposons deux assortiments « Folle de fils de soie« .

le fil de soie Léa Stansal

Coloris A.

le fil de soie Léa Stansal

Coloris B.

Ces belles matières ont été teintes artisanalement par Léa Stansal : elles peuvent donc être de coloris différents de ceux qui figure sur la photographie ci-jointe. Vous aurez donc la surprise de découvrir celles qui vous seront réservées.

Ces PROMOTIONS EXCEPTIONNELLES vous attendent dans la boutiqueleastansal.com ICI.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Col brodé pour embellir ma robe

Un col brodé pour ajouter une petite touche de « fait main » et d’originalité, qui n’en a pas envie ?

De plus, loin de son image « mémérisante », le vêtement brodé est la star du moment. C’est bien simple, on en voit PARTOUT ! Craquons, nous aussi, pour un look branché !

La broderie peut embellir simplement le col ou les poignets, ou encore s’étendre sur tout le vêtement, pour les plus créatives.

Quelques points de broderie simples suffisent et votre robe avec son col brodé deviendra unique !

Vous pourrez avoir ainsi, une pièce dont vous pourrez dire fièrement à vos amies, envieuses et jalouses « c’est moi qui l’ait fait ! »

Conseils de Léa :

Choisissez un vêtement dans un tissu facile à transpercer avec une aiguille et acceptant sans difficulté le passage d’un ruban.

Col brodé Léa Stansal

Pour réaliser ce modèle, un Kit Starter « Brodons un col » vous est proposé ICI.

Il comprend :

En premier lieu, une mèche de fil fin « Blanc c’est blanc » ICI à broder au point d’arête. Puis, une tricotine qui porte le joli nom gourmand d’ « Abricot » à broder au point de rose accordéon PAR ICI. Un fil fluo coloris orange pour réaliser un point de nœud au centre de chaque rose. Et enfin, une échevette de « fil chanceux » coloris bleu PAR LA à poser au point de ruban.

Voilà une toute simple – mais charmante – petite branche fleurie !

Col brodé Léa Stansal

Pour terminer, appliquez au bord du col au point de tournicoton, l’ensemble des matières composant une mèche de fils fantaisie spécialement choisis pour ce modèle.

Le point tournicoton, qu’est-ce que c’est ? Pour voir ou revoir tous ses secrets, reportez-vous ICI.

Col brodé Léa Stansal

Voici un col élégamment embelli façon « haute couture » !

Qu’en pensez-vous ? Etes-vous conquises ?

col brodé Léa Stansal

Oui , mais… Comment va-t-il se comporter au lavage ?

Pas souci ! Pour le nettoyage, un lavage doux, même en machine est possible. Mais attention pas de fer chaud posé sur les broderies !

A vos aiguilles,

Bon dimanche.

Toile de Jouy, une histoire à broder.

Toile de Jouy à broder : c’est tendance !

Commençons par un peu d’histoire !

C’est le nom d’une toile imprimée au XVIIIème siècle, à la manufacture de Jouy-en-Josas, près de Versailles.

Toile de Jouy Léa Stansal

En 1760, l’industriel français d’origine bavaroise, Christophe Philippe Oberkampf (oui c’est aussi le nom d’une station de métro parisien) fonda cette manufacture de toiles imprimées de très grande qualité. Louis XVI lui accorda le titre prestigieux et envié de « Manufacture royale ».

A ce titre, celle-ci produisit notamment des « indiennes » polychromes. Elles étaient destinées à l’habillement. Mais ce sont surtout les tissus d’ameublement imprimés de camaïeux bleus, rouges, violets ou sépia sur fond blanc qui firent la réputation de la Toile de Jouy.

Les décors sont imprimés, en premier lieu, à la planche de bois. Puis à la plaque de cuivre. La toile provenant de France, de Suisse ou des Indes était d’abord lavée dans l’eau de La Bièvre, puis battue au fléau pour la débarrasser de son apprêt.

Sur ces toiles sont reproduites des scènes pastorales, des sujets historiques, ou des évènements d’actualité, selon la mode du moment. Parmi les plus connues, il y a l’Escarpolette, les Occupations villageoises et les Délices des quatre saisons.

Pour nous permettre d’en savoir plus sur son histoire et ses techniques de fabrication, la Toile de Jouy a son musée VOIR ICI. Visitez-le ! Cela en vaut le peine !

Par ailleurs, aujourd’hui, la maison Dior remet la Toile de Jouy au goût de jour en ajoutant une note plus contemporaine, qui met en scènes des animaux sauvages, tels que des tigres, des singes, des serpents, des ours ou des girafes. Mais, bien sûr, entièrement dessinés à la main, comme à l’époque de Christophe Philippe Oberkampf !

Brodons des images découpées de Toile de Jouy « vintage » ! 

Ainsi, nous vous proposons de broder des images champêtres en toile de Jouy en les intégrant dans votre ouvrage : un vêtement, un sac… Alors, pourquoi pas un carnet ou une boite textile ou, bien sûr, une grande pièce.

Vous trouverez un grand choix d’images « vintage », chinées et collectionnées par Léa Stansal, à la boutique VOIR ICI.

Vous pourrez, par exemple, broder autour le branchage « Ciel bleu » que nous vous avons expliqué dimanche dernier VOIR PAR LA.

Toile de Jouy Léa Stansal

Sur une boite textile :

Toile de Jouy Léa Stansal

A vos aiguilles.

Toile de Jouy Léa Stansal

Bon dimanche.

Ciel bleu à broder sans modération.

Ciel bleu est le nom d’une élégante branche brodée fleurie et d’une pièce artistique que Léa Stansal a présenté lors du Bal des brodeuses VOIR ICI.

C’est aussi le modèle de la page 154 du livre : LA BRODERIE D’EMBELLISSEMENT ou l’histoire fragmentée du photographe de PichtchiPoï  PAR ICI.

Ciel bleu Léa Stansal

Aussi, nous vous proposons de la broder ensemble en utilisant le KIT STARTER « Ciel bleu » VOIR ICI.

Petit rappel : Ce n’est pas un kit complet. Mais quelle est donc la différence ? Presque pas d’explications… juste une suggestion et des matières spécialement choisies pour oser et créer.

Ce modèle « Ciel bleu » vous inspire-t-il ?

Aujourd’hui, je vous décrypte l’interprétation de Léa Stansal qui a brodé ce modèle sur un blouson d’été coloris moutarde.

Le pas à pas pour vous aider à commercer :

Préparation

Avant tout, collez au dos du tissu choisi un coupon de toile à beurre avec de la colle en bombe repositionnable.

Puis, en vous aidant du dessin compris dans le kit Starter « Ciel bleu », reproduisez sur votre tissu, les branches principales avec un stylo effaçable.

Ciel bleu Léa Stansal

Comme Léa, ajoutez une image vintage motif village sur toile de Jouy PAR ICI.

Broderie

En premier lieu, prenez la mèche de Poilu-velu. Regardez, elle est composée de différentes matières que vous pouvez broder séparément ou ensemble VOIR ICI.

Dans le poilu-velu que nous avons choisi pour vous, séparez les matières et retenez le fil Irlandais. Puis, fixez-le au point de Boulogne avec un brin de fil Laïna PAR LA, pris dans la mèche de Laïna. Pour un résultat plus réaliste, variez la grosseur des branches en doublant ou triplant le fil par endroit.

Ensuite, brodez des fleurs en accumulant des points de bouclette réalisés avec le ruban Chiffon coloris rouge. Ce ruban VOIR ICI en matière synthétique s’essaye à imiter le papier et y arrive très bien. Son aspect et son toucher sont les mêmes que ceux des pétales de fleurs ou des feuilles. Il est donc léger, doux et velouté. Mais, ne vous fiez pas à son aspect fragile, il se travaille facilement. 

Puis, continuez en ajoutant de longues tiges légères au point d’arrête avec un brin de fil Laïna choisi au sein de la mèche.

Déposez le long des tiges, des petites feuilles avec le ruban Suave coloris vert au point de feuille. La tricotine Suave PAR ICI est un ruban

Fixez les feuilles avec une nervure au point lancé en fil à broder « Blanc c’est blanc » VOIR ICI. Puis, pour ajouter de la lumière, réalisez de nombreuses tiges au point d’arrête auquel on ajoute des points lancés.

Avec une aiguillée d’un brin de mouliné de coton rose fluo PAR LA, soulignez les fleurs avec des petits points lancés.

Enfin, fixez l’image avec le Poilu-Velu travaillé au point Tournicoton avec un brin de fil Laïna.

A votre tour

Poursuivez la broderie autour de l’image.

Puis, n’hésitez à interpréter à votre façon cette branche fleurie dénommée « Ciel bleu ». Vous pouvez bien sûr ajouter d’autres matières pour enrichir votre broderie.

Pour terminer, voici les différentes interprétations de Léa Stansal :

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Le Bal des Brodeuses, un nouveau rendez-vous.

Le Bal des Brodeuses, première édition a refermé les portes de la jolie guinguette qui l’a accueilli. Deux jours de rencontres, de partages et de magnifiques broderies ! VOIR ICI.

Une belle occasion de rencontrer d’autres brodeuses, de faire leur connaissance, de découvrir leurs travaux et d’échanger techniques et amitiés.

Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les participantes pour leur enthousiasme et convivialité.

Pour revivre ce beau week-end, voici les meilleurs moments du Bal des brodeuses :

L’arrivée joyeuse et très remarquée du groupe des « suissesses ».

Toutes très élégantes, chapeautées et gantées, avec les bras chargés des spécialités culinaires de leur région.

Le Bal des brodeuses Léa Stansal

Le « quilt and show » ou « montrer et expliquer » son ouvrage.

Les élèves de Léa ont répondu nombreuses à l’invitation de Léa et ont apporté l’un de leurs ouvrages. Elles n’ont pas hésiter à surmonter leur timitité pour l’exposer, le racontrer pour le bonheur de toutes et l’émerveillement des débutantes.

Les intervenantes :

Léa a fait une conférence, riche d’enseignement, sur le thème « être créative » que vous pourrez bientôt retrouver sur YouTube.

Ségolène Diamant-Berger nous a parlé de son passionnant travail de quilteuse sur « long-arm ». Installée en Anjou depuis 2005, elle fait de l’enseignement, de la création et du matelassage sur machine. (www.segoquilt.com).

Elles ont aussi brodé…

Quelques travaux en cours .

Le modèle « Ciel bleu » :

Pour l’occasion, Léa a également dévoilé « Ciel bleu », une nouvelle pièce personnelle artistique, comme la couleur du ciel qui nous a accompagné tout le weekend.

Chacune a pu l’examiner de près et la prendre en photo sur toutes les coutures.

Pour broder ce modèle de la page 154 du livre : LA BRODERIE D’EMBELLISSEMENT ou l’histoire fragmentée du photographe de PichtchiPoï  PAR ICI,  un KIT STARTER « Ciel bleu » vous attend PAR LA.

Dimanche prochain sur ce blog, cette broderie vous sera expliquée grâce à un pas à pas détaillé. 

Le Bal des brodeuses Léa Stansal

Le prochain Bal des brodeuses :

Devant le succès de cette première édition, nous vous donnons dors et déjà rendez-vous pour le « Bal des brodeuses » saison automne/hiver pour faire danser vos aiguilles à Joinville-Le-Pont, au même endroit 20 quai de Polangis, le samedi 30 novembre et le dimanche 1er décembre 2019.

POUR S’INSCRIRE C’EST ICI.

Bon dimanche.