Suivre LéaStansal

Recevoir une notification a chaque nouvel article sur le site

Thanks for subscribing!

Translation

Archives

Etoile 3D, broderie d’embellissement et patchwork.

L’étoile 3D est un modèle qui associe les techniques de la broderie d’embellissement et celles du patchwork.

Léa Stansal nous a proposé douze étoiles brodées, une pour chaque mois. Et grâce à elles, vous avez pu découvrir sa méthode de broderie d’embellissement avec des matières choisies et teintes artisanalement pour vous.

Retrouvez les 12 étoiles sous forme de kit complet sur le site de la boutiqueleastansal.com VOIR ICI.

Par ailleurs, les tutos pour les réussir sont disponibles et gratuits sur notre blog :

JANVIER ICI – FÉVRIER ICI – MARS ICI – AVRIL ICI – MAI ICI – JUIN ICI – JUILLET ICI – AOÛT ICI – SEPTEMBRE ICI – OCTOBRE ICI – NOVEMBRE ICI et enfin DÉCEMBRE ICI.

Aujourd’hui, je vous présente une toute nouvelle étoile 3D brodée par Léa.

Etoile 3D Léa Stansal

Et je vous propose de faire ensemble un petit exercice d’étude.

Tout d’abord examinons cette étoile à six branches composée de losanges brodés de deux motifs différents.

En premier lieu, la première broderie, à dominante turquoise, est réalisée sur un tissu de coloris marron. Ces deux couleurs vont très bien ensemble.

Regardons de plus près :

Etoile 3D Léa Stansal

Le ruban Chiffon VOIR ICI est brodé au point lancé pour dessiner une grande feuille. Faites également des points lancés avec une aiguillée de fil à broder Araignée VOIR LA. Avec la tricotine Suave VOIR LA, faites des points de nœud.

En second lieu, le deuxième motif est brodé sur un tissu de coloris gris bleuté. Examinons la broderie.

Etoile 3D Léa Stansal

La base de la branche est un point d’arête sur lequel la fantaisie Ronce VOIR ICI est mirlitonnée. Les feuilles sont des points lancés réalisés avec un ruban chiffon VOIR LA. Puis posez des perles de rocaille à l’extrémité VOIR PAR ICI.

Avec une aiguillée de Laïna coloris noir VOIR LA, soulignez la broderie avec de nombreux points lancés.

Et pour finir, qui a t-il au centre ?Etoile 3D Léa Stansal

Brodez une rose araignée avec de la fantaisie Hortensia VOIR ICI et quelques perles Fluo ICI et des perles de Murano VOIR LA.

Etoile 3D Léa Stansal

Pour terminer, posez par grappes des perles de rocailles bicolores sur le pourtour de l’étoile 3D.

Vous hésitez à vous lancer ? Venez broder votre étoile 3D au club des brodeuses. Pour vous inscrire, c’est très simple. Adressez-moi un mail. Voici mon adresse : blogazonzon@hotmail.fr. En retour vous recevrez une fiche d’inscription et le programme.

Les horaires : 10 h à 16 h 30. Tarif : 40 € la journée.

Aucune obligation : vous pouvez librement réserver pour un ou plusieurs samedi. Ne tardez pas, les places sont limitées !

Et n’oubliez pas de suivre le travail des élèves de Léa sur Instagram : cliquez ICI.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Bobines, bobines… montre-nous tes bobines !

Les anciennes bobines en bois, Léa les aime et les collectionne.

Ce sont de beaux objets qui existent dans de nombreuses tailles et formes. Ils interpellent notre âme de brodeuse et nous évoquent les filatures industrielles du temps passé. Et, leur patine leur apporte un charme désuet et irrésistible.

Ce dimanche, Léa nous propose de les placer dans nos ouvrages. Ah ! Il fallait y penser !

Toujours débordante d’idées créatives, Léa a placé une bobine sur un nouveau range-aiguilles. Elle a tout spécialement choisi dans sa collection de tissus anciens, un bloc vintage marqué par le temps.

Ce bloc est fait main. Il est d’aspect très rustique réalisé avec des lainages feutrés par le temps. Sur l’autre face, il y a un très beau tissu ancien au motif géométrique coloris noir et blanc.

Vous trouverez quelques exemplaires de ce bloc VOIR ICI  dans la boutiqueleastansal.com. Il n’y en a que quelques uns. Un conseil : dépêchez-vous !

En premier lieu, Léa a réalisé un long fagot d’un mètre de long.

Bobines Léa Stansal

Puis, ce long fagot réalisé, il convient de le glisser au centre d’une bobine en bois. Puis, faites-le faire serpenter autour du range-aiguilles.

Mais comment faire un fagot ? Je vous ai déjà expliqué comment on réalise un « Fagot » PAR ICI qui est constitué d’un fil d’armature sur lequel on enroule une bande de tissu.

Dans un second temps, une fois cousu votre fagot à petits points, brodez des perles et placez quelques feuilles. C’est très vite fait et le résultat est vraiment spectaculaire !

Enfin, inspirée par ce modèle, Léa a réalisé deux autres range-aiguilles avec bobine :

Bobines Léa Stansal

Bobines Léa Stansal

 Les élèves de Léa ont aussi réalisé des merveilles ! Voici quelques exemples :

Bobines Léa Stansal Bobines Léa Stansal

Bobines Léa Stansal Bobines Léa Stansal

Si cet article vous a donné envie de réaliser, vous aussi, ce très simple et joli modèle, le starter dénommé  » Fagot avec bobine » a été préparé pour vous VOIR ICI.

Vous ne regardez plus les bobines de la même façon !

Suivez le travail des élèves de Léa sur Instagram : https://www.instagram.com/leselevesde/

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

 

 

 

 

 

Le Club animé par Zonzon pour broder ensemble

Le Club s’est réuni ce samedi dans l’atelier de Léa Stansal. C’était son dernier rendez-vous avant la pause estivale.

Le club Léa Stansal

Souvenez-vous, je vous ai déjà parlé du club des brodeuses de Léa Stansal VOIR ICI.

En ce moment, je prépare déjà pour vous la rentrée.

Mais le club, le connaissez-vous ? Qu’y fait-on ? Et, est-il fait pour vous ?

En premier lieu, vous avez acheté un kit, un starter ou un assortiment de matières sur le site boutiqueleastansal.com et vous n’osez pas commencer.

Ou, vous êtes une brodeuse débutante. Et vous rêvez d’apprendre la broderie d’embellissement, mais vous n’osez pas vous lancer.

Ou,  vous êtes fan du Monde de Léa,

Ou bien encore, vous êtes à la recherche d’un espace sympa pour échanger et parler broderie d’embellissement avec d’autres brodeuses et passer un très bon moment ?

Alors, le club est fait pour vous !

Venez donc le samedi broder avec nous.

J’en suis l’animatrice. On m’appelle Zonzon.

Pour celles qui ne me connaissent pas encore, j’ai été formée par Léa Stansal et c’est moi qui vous écris tous les dimanches un article sur ce blog.

Je vous attends avec plaisir le samedi à l’atelier de Léa Stansal à Joinville le Pont (Val de Marne) pour vous faire découvrir une approche du travail textile qui vous permettra d’avancer plus vite en créativité, dans la bonne humeur et la convivialité !

Le club Léa Stansal

Pour nous venir nous retrouver chez Léa par les transports en commun : station Joinville-le-Pont (RER A à 25 minutes environ de Châtelet-Les-Halles), puis 13 minutes à pied. Voici le plan ICI.

En conclusion : Pour vous inscrire, c’est très simple. Adressez-moi un mail. Voici mon adresse : blogazonzon@hotmail.fr. En retour vous recevrez une fiche d’inscription et le programme.

Les horaires : 10 heures à 16 heures 30. Tarif : 40 € la journée.

Aucune obligation, vous pouvez librement réserver pour un ou plusieurs samedi. Ne tardez pas : les places sont limitées !

En septembre : La première date disponible est le samedi 21 septembre où il ne reste déjà plus que 2 places. Le samedi 29 septembre, nous découvrirons les « Poilus-velus » et nous apprendrons le point Tournicoton.

NOUVEAUTE DE LA RENTREE : Après le club, de 16 heures 30 à 18 heures 30, la boutique de l’atelier sera également ouverte à tous et vous pourrez venir faire vos emplettes.

Restez donc à l’écoute de ce blog pour suivre l’actualité du club des brodeuses de Léa Stansal.

A très bientôt.

Bon dimanche.

Zonzon

 

Turquoise, un peu, beaucoup… à la folie !

Turquoise. A quoi pensez-vous si je vous dis « turquoise » ?

Immédiatement aux mers du sud, aux lagons paradisiaques, non ? Mais quelle est cette couleur qui intrigue et fascine ?

Ce n’est pas une seule couleur mais un ensemble de nuances intermédiaires entre le vert et le bleu. À l’origine le pigment turquoise aurait été obtenu par broyage de la pierre de turquoise, une pierre semi-précieuse, souvent considérée comme sacrée, un porte-bonheur et voire une poudre guérisseuse. Elle est même considérée comme un morceau du ciel tombé sur terre…

Ce sont les bleus changeants du ciel ou ceux de la mer : c’est une fenêtre ouverte sur les grands espaces, une invitation au voyage, au rêve, mais aussi à la sagesse et à la sérénité.

Ainsi si vous êtes stressées, si vous avez besoin de tourner la page, de vous décontracter, si vous avez du mal à vous endormir, si vous souffrez d’hyperactivité… Léa nous propose un remède : broder du turquoise !

En ce début d’été, Léa teint du turquoise, que du turquoise! Comment procède-t-elle ? VOIR ICI

Elle nous  propose un très bel assortiment « FOLLE DE TURQUOISE » ICI.

Turquoise Léa Stansal

Dans ce sachet, vous trouverez un assortiment d’une quinzaine de pièces différentes et de matières à broder teintes par Léa pour la plupart. Vous y découvrirez également un petit personnage vintage années 60, tout en papier, fait main.

Turquoise Léa Stansal

Ce n’est pas un kit, il n’y a pas de modèle, ni d’explications. Ce sont de très belles matières qui viendront grossir votre boite aux trésors. Elles trouveront un jour leur place…

Léa nous donne quelques conseils pour bien assortir ces beaux produits :

Les rouges, les orangés et certains jaunes vont très bien mais par petites touches. Les blancs, les taupes et les écrus sont toujours parfaits. Mais ma préférence va vers les bruns, les marrons et les chocolats. Mais aussi les anthracites ou les noirs qui s’accordent parfaitement avec elles, quelles qu’en soient les proportions.
L’accord indiscutable c’est le kaki. Ainsi que presque tous les verts, du plus sombre au plus éteint.

C’est un coup de cœur ! Et pour un tout petit prix : 20 € au lieu de 40 €. Une promotion à ne pas manquer ! Valable jusqu’au 31 juillet 2018 dans la limite des stocks disponibles.

Je vous donne rendez-vous dimanche prochain pour vous parler du CLUB. Vous saurez tout sur les conditions pour vous inscrire et nous rejoindre dès le mois de septembre.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Zonzon

 

 

Les broches à nouveau sur le devant de la scène

Des broches dans l’univers de la broderie d’embellissement ? Oui, oui, c’est possible ! Nous l’avons découvert ensemble PAR ICI.

La possibilité de ces ajouts d’objets et d’images est importante, car elle nous ouvre une fenêtre sur l’air du temps et ancre résolument l’ouvrage réalisé dans son époque. Hier, celle de La-Grande-Paula, aujourd’hui la nôtre.

Extrait du livre de Léa Stansal : LA BRODERIE D’EMBELLISSEMENT ou l’histoire fragmentée du photographe de PichtchiPoï PAR ICI.

Ainsi, vous pouvez trouver des broches dans la boutiqueleastansal.com. Ce sont des broches fantaisies inspirées des années 50. Et, elles sont tout droit sorties de l’univers du Monde de Léa.

Devant le succès rencontré par la broche « Fraises » ICI et la broche « Groseilles » LA, je vous propose un mini quiz.

Voici la photo de deux œuvres de Léa. De quel livre sont-elles reprises ?

Les broches Léa Stansal

Les broches Léa Stansal

Pour plus de créativité, nous vous proposons de nouveaux modèles de broche fleuries VOIR ICI.

En premier lieu, la broche « Mimosa » C’EST PAR LA : c’est l’une des fleurs printanières préférées de Léa. Souvenez-vous de la pochette Mimosa – modèle et patron : pages 70 à 73 du  livre « Le Monde de Léa », édité en 2004 C’EST ICI.

En numéro deux, la broche « Coquelicot » C’EST PAR ICI : elle nous renvoie à la broderie du carnet n°33 – modèle et patron : pages 86 et 89 du  livre « Carnets cousus et mots brodés » PAR ICI.

Enfin, la broche « Muguet » C’EST PAR LA : c’est bien sûr une référence au carnet n°40 – modèle et patron : pages 120 à 127 du  livre « Carnets cousus et mots brodés » PAR ICI.

Attention, ces broches sont en séries très limitées… Il n’y en aura pas pour tout le monde !

L’été est là et c’est le début des vacances. Alors pensez à emmener votre nécessaire à broder !

Comment allez-vous embellir vos cousettes ? Envoyez-nous les photos de vos ouvrages par mail : monde2lea@gmail.com.

En un mot : à vos aiguilles.

Bon dimanche.

Zonzon

Les aiguilles : mode d’emploi – suite et fin.

Les aiguilles, c’est notre feuilleton de ce début d’été.

Si vous avez raté le début : un petit rappel de la saison 1 : les aiguilles, vous en avez pléthore, alors n’importe laquelle conviendra ? Oh que non ! Léa nous explique tout PAR ICI.

Puis dans la saison 2, nous avons appris qu’il était nécessaire de protéger les aiguilles et de ne pas les égarer : le range-aiguilles ou la cousette est l’accessoire idéal PAR LA.

Ce dimanche, nous allons découvrir comment l’on s’en sert !

Les aiguilles Léa Stansal

La première question qui se pose est comment fait-on pour enfiler à coup sûr le fil dans le chas de l’aiguille ?

Avant tout, il faut couper le fil et le ruban non pas à angle droit mais en biais. Ainsi, les fibres de votre fil regroupées, elles passeront plus aisément dans le chas de l’aiguille. Pour le ruban, coupez le aussi en biais, il s’effilochera moins.

Si votre fil a tendance à se dédoubler, pliez-le en deux. Le fil passera alors plus facilement dans le chas.

Conseil de Léa :

Inutile de mouiller l’extrémité du fil. En effet, il ne faut pas essayer d’enfiler le fil dans le chas de l’aiguille, mais à l’inverse enfiler le chas de l’aiguille sur le fil ! Maintenez le fil coupé dans le gras de votre pouce et de votre index, puis présentez le chas de l’aiguille vers le fil. Et hop ! votre aiguillée est prête.

Si vous souhaitez assembler des morceaux de molleton rigide emballés de tissu ou poser des perles, préférez une aiguillée de Laïna pris en double pour plus de solidité. C’est-à-dire, pliez votre fil en deux et faites un nœud avec les deux extrémités ensemble.

Vous voilà prête à commercer. Mais non, il manque encore un petit quelque chose : un dé. Son nom vient du latin digitale, puis de digitus, le doigt.

Les aiguilles Léa Stansal

Un dé à coudre est un petit objet souvent cylindrique dans lequel on insère le bout du doigt, généralement le majeur ou l’annulaire. Il a deux rôles : il protège le doigt et permet aussi de pousser les aiguilles dans le tissu plus facilement et sans se blesser.

Le dé à coudre le plus ancien a été retrouvé à Pompéi, il était en bronze. Mais il existe depuis bien plus longtemps.

Il est réalisé dans divers métaux, en cuir, en céramique, en porcelaine, en corne ou ivoire, en caoutchouc, en bois, en verre ou en plastique… Le dé à coudre peut être plus ou moins décoré, peint, gravé ou ciselé. Il peut aussi avoir des formes différentes : couvrir complètement le doigt ou n’être pas plus large qu’une bague. Pour cela, on aime le collectionner.

Une aiguillée de fil à la main et un dé au doigt, vous êtes prêtes. Pourquoi ne pas réaliser un personnage cousu main. Nombreux modèles et patrons dans le livre « PERSONNAGES COUSUS MAIN » PAR ICI.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Aiguilles à protéger car pas de broderie sans aiguilles!

Aiguilles : Fines tiges d’acier trempé et poli, dont l’une des extrémités est pointue afin de traverser les matériaux à décorer ou à assembler, et l’autre, percée d’un trou, le chas, pour recevoir le fil.

Jusqu’au XIXème siècle, les aiguilles étaient un accessoire coûteux fabriqué par des ouvriers qualifiés, qui veillaient à ce qu’elles soient parfaitement lisses et pointues. Ainsi la couturière et la brodeuse avaient une petite pierre à aiguiser et un morceau de toile émeri pour les polir et pour enlever les éventuelles taches de rouille.

La brodeuse n’oubliait également jamais de graisser ses précieuses aiguilles en les passant dans sa chevelure avant de les conserver soigneusement dans de petits carnets faits main. Les aiguilles étaient piquées, puis glissées sur des petits carrés de flanelle. Ces pochettes recouvertes d’étoffe et/ou de fines broderies étaient un élément essentiel des trousses à couture d’autrefois.

Aujourd’hui, les aiguilles sont devenues un outil d’une précision parfaite. Il en existe une très grande variété de longueur et de diamètre. Comment les choisir ? Reportez-vous à notre article précédent ICI.

Conseil de Léa :

Choisissez des aiguilles de qualité : elles vous permettront de travailler plus confortablement. Elles glisseront plus aisément et leur pointe parfaite facilitera un travail plus fluide. N’hésitez pas à vous séparer des aiguilles tordues ou émoussées.

Il est donc nécessaire de les protéger et de ne pas les égarer ! Le range-aiguilles ou la cousette est l’accessoire idéal. Il vous permettra de transporter facilement vos aiguilles à broder lors de vos voyages et de toujours les avoir à portée de main en assortiments. Sans se piquer !

De plus, la réalisation d’une cousette est facile, à la portée de toutes et demande peu de matériel. Tuto pour réaliser une cousette PAR ICI.

De nombreux kits sont à votre disposition dans la boutique : ranges-aiguilles ICI et cousettes PAR LA.

C’est donc l’occasion de joindre l’utile à l’agréable et de laisser aller votre créativité.

Voici dévoilées deux pièces signées Léa Stansal.

Dans la première, elle s’est amusée à détourner une cousette y ajoutant un escargot VOIR ICI et du feuillage.

Aiguilles Léa Stansal

Dans la deuxième, des breloques « ciseaux »  VOIR PAR LA ne se sont pas posés là par hasard, sous les yeux surpris d’un raton-laveur !

Aiguilles Léa stansal

Qu’en pensez-vous ?

A votre tour d’imaginer et de broder.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

 

 

Aiguilles à coudre et à broder : laquelle choisir ?

Les premières aiguilles à coudre sont apparues il y a plus de… 17 000 ans ! Elles étaient en os et servaient à coudre des peaux d’animaux, la fourrure… Puis, elles étaient en cuivre, en argent ou encore en bronze. Sous l’Empire Romain elles étaient en métal et plus fines.

Vous en avez pléthore, alors n’importe quelle aiguille conviendra ?

Oh que non ! Léa nous explique :

J’insiste toujours beaucoup sur le choix des aiguilles et je ne suis malheureusement pas souvent entendue. Quel dommage!

Lorsque une brodeuse rencontre des difficultés, sa première tendance est de s’incriminer. « Je suis nulle » dit-elle (ou quelque chose d’approchant) au lieu de :  » je n’ai sûrement pas choisi la bonne aiguille« . Tout simplement.

La bonne aiguille, c’est celle qui vous permet de traverser le tissu avec aisance et qui laisse passer avec fluidité le fil dans le chas.

Les conseils de Léa :

Utilisez l’aiguille la plus grosse possible lorsque vous travaillez des rubans fragiles ou des matières difficiles. Sans crainte car le trou fait dans le tissu se refermera de lui-même et ne laissera aucune trace (comme le prouve l’art du boutis).

En revanche, utilisez l’aiguille la plus fine possible lorsque vous travaillez des fils fins et surtout lorsque vous devez traverser de nombreuses épaisseurs.

Ainsi, sélectionnez cinq sortes d’aiguilles en paquet d’assortiment de tailles afin de pouvoir choisir celle qui conviendra le mieux.

Vous les trouverez dans la boutique ICI.

Mais, comment les reconnaître ?

Les aiguilles à broder pour les fils. Elles sont longues et pointues, avec un chas long et fin.

Les aiguilles demi-longues ou à quilter fines et au chas rond. Elles sont idéales pour broder les perles. Les aiguilles spécialisées, dites « spéciales perles » sont particulièrement longues et fines, mais elles ne conviennent pas. Elles acceptent uniquement les fils extrêmement fins.

Pour la broderie d’embellissement, les fils doivent au contraire être bien visibles et donc surtout pas trop fins.

Aiguilles Léa Stansal

La technique de Léa Stansal n’est pas du tout celle de la perle posée mais celle de la perle brodée. Voici ses conseils :

Pour ce faire, je choisis un fil visible, à l’aspect variable et au coloris bien contrasté. Et je m’évertue à remplir le plus possible le trou de la perle.

Avoir près de soi, un paquet d’aiguilles en assortiment de tailles présente l’avantage de pouvoir tâtonner jusqu’à trouver l’aiguille la mieux adaptée à la perle. Et la plus adaptée est la plus grosse et non la plus fine.

Les aiguilles à embellissement : Comment définir cette aiguille indispensable? Sa caractéristique principale est son chas long et large. Vous la choisirez pointue ou à bout rond suivant le point à réaliser.

Aiguilles Léa Stansal

Les aiguilles à embellissement sont souvent désignées « aiguilles spécial ruban » mais seule la plus grosse de l’assortiment est valable. Vous les trouverez également sous le nom d’aiguilles « pour chenille » ou bien le plus souvent « pour tapisserie » avec la précision « bout rond » ou « avec pointe ».

Les aiguilles longues plus-plus : Elles sont très longues, fines et pointues. Elles sont incontournables pour traverser facilement les couches de molleton rigide mais aussi pour broder les grosses perles.

Le pieu – c’est ainsi que Léa appelle cette très grosse aiguille de type « passe-lacet » – permet de mirlitonner et de travailler sans les abîmer toutes sortes de matières difficiles et nos précieuses fantaisies. Il en existe à bout rond et à bout pointu.

Aiguilles Léa Stansal

Vous pouvez maintenant faire votre choix et placer vos aiguilles dans une belle cousette. Plusieurs modèles PAR ICI et un tuto pour les réaliser PAR LA.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Broche accrochée sur une cousette : cherchez l’erreur !

Une broche dans la trousse à couture d’une brodeuse, quelle drôle d’idée ! On la trouve habituellement dans la boite à bijoux de nos grands-mères, non ?

La broche est un bijou de parade faute d’être un bijou de peau dont le rôle est de mettre en valeur le vêtement à défaut de sublimer la carnation. Les femmes l’ont arborée durant des décennies.

Mais elle n’a jamais été un bijou symbole, comme la bague ou le pendentif. A l’origine, elle était simplement un objet utile comme son ancêtre, la fibule, une agrafe en métal. Les premières datent de l’âge du bronze et permettaient de rassembler les plis d’un vêtement. Puis, en devenant plus décorative, la broche y gagna le succès. Mais, dans les années 80, c’est le désamour ! Puis… elle disparait !

Aujourd’hui, elle renaît de ses cendres et elle redevient tendance, surtout si elle a un petit air « vintage ».

Amoureuse des objets et tissus des années 50/60, Léa nous propose d’insérer dans nos ouvrages des reproductions de ces bijoux.

Vous trouverez dans la boutiqueleastansal.com des broches fantaisies inspirées des années 50 – mais attention en série très limitée…

Les possibilités de leur utilisation sont nombreuses, de la plus simple à la plus élaborée.

Voici la première : la broche « fraises » : VOIR ICI.

Elle est posée sur la couverture d’une belle cousette : elles sont ICI et le tuto est PAR LA.

Pour la broderie, vous reconnaîtrez le modèle « Ondulante » pages 164 et 165  du dernier livre de Léa Stansal « La Broderie d’Embellissement » PAR ICI.

Broche Léa Stansal

Broche Léa Stansal

La deuxième broche que nous vous proposons est la broche « groseilles » : VOIR ICI.

Léa l’a placée sur une belle boîte textile.

Broche Léa Stansal

A peine photographiée, Léa l’emporte déjà ! Pas le temps de l’admirer en détail !

Mais, elle réapparaît très vite… toute transformée.

Broche Léa Stansal

A votre tour d’imaginer un bel écrin pour mettre en valeur la broche de votre choix.

Tous les dimanches de nombreuses idées et astuces sur ce blog. Pour ne rien manquer, abonnez-vous à notre newsletter VOIR ICI.

A vos aiguilles.

Bon dimanche.

Animaux en folie dans le monde de Léa

Animaux de la forêt et de la campagne sont présents dans tous les livres de Léa Stansal : ils apportent fantaisie et poésie dans ses œuvres artistiques.

Vous aussi, vous pouvez rejoindre le monde de Léa en plaçant des animaux dans vos broderies. Les possibilités de leur utilisation sont nombreuses, de la plus simple à la plus élaborée. Mais c’est toujours un vrai moment de plaisir et d’amusement !

Voici quelques interprétations inspirantes :

animaux Léa Stansal

Le premier est « Petit faon se met au vert « . Léa a placé ce petit malicieux sur un carré de molleton rigide molletonné emballé de toile à matelas. Puis, à ses pieds, un peu d’herbe C’EST ICI, une fraise des bois PAR LA et quelques perles posées en grappes. Enfin, entre ses pattes, une belle Pomponette VOIR ICI.

animaux Léa Stansal

Le second est notre ami « Tintin, le bouquetin ». Il est posé sur un carré de velours de soie. Une perle de Murano de forme carrée de coloris jaune VOIR PAR LA apporte couleur et éclat à cet ouvrage.

Sans oublier, la gracieuse « Melle Cygne dans l’écume ». Elle est fixée avec du ruban Tulle coloris blanc PAR ICI et au milieu de « Gouttes de rosée » VOIR LA.

animaux Léa Stansal

Nos conseils et astuces pour fixer les animaux : c’est très simple !

Un tuto est  PAR ICI. Pas besoin de les coller, ni de les transpercer.

Il suffit de les entourer plusieurs fois avec un fil ou un poilu-velu. Puis faites quelques points bien serrés pour les attacher en passant à travers du molleton rigide pour assurer leur solidité. Et le tour est joué !

Pour terminer, entourez votre animal de quelques matières fantaisies ou Poilu-velu au point tournicoton. VOIR ICI : un peu d’herbe ou de mousse, ou bien encore d’écume PAR ICI.

Et, pourquoi pas, y ajouter une aiguillée de poésie et un brin de folie ? Et voilà le résultat !

animaux Léa Stansal animaux Léa Stansal

A votre tour !

Retrouvez tout le bestiaire du Monde de Léa PAR ICI.

A vos aiguilles,

Bon dimanche.